Accueil » Comparatif » Comparatif : le meilleur logiciel de torture de processeur » Page 8

Comparatif : le meilleur logiciel de torture de processeur

1 : Introduction et système de test 2 : Prime95 avec AVX ou SSE 3 : OCCT et ses options 4 : Aida64 : CPU, FPU, cache, mémoire 5 : powerMAX, Heavy Load 6 : Graphiques : consommations comparées 7 : Graphiques : températures comparées

Résumé et conclusion

Test de la charge maximale    

Image 1 : Comparatif : le meilleur logiciel de torture de processeurPour simuler la consommation maximale de tous les composants et les besoins de refroidissement induits tout en vérifiant la stabilité de l’alimentation électrique, il faut donc passer par des programmes de type « power virus » tels que Prime95 avec AVX (« small FFT » activé), powerMAX, qui se débrouille très bien pour un nouveau venu, ou encore le test des FPU dans Aida 64. Au quotidien, il est rare que les programmes fassent un usage aussi systématique de ces instructions et ces tests sont donc avant tout théoriques. Si on souhaite les rendre un peu plus proches de la réalité, il faut alors privilégier l’usage des instructions SSE.

C’est en fonction de ces tests extrêmes, avec ou sans AVX, qu’il faut dimensionner son système de refroidissement, en ne perdant pas de vue l’importance du refroidissement du boitier. En effet, un nombre important d’utilisateurs possédant une boucle de watercooling personnalisée oublient qu’il faut aussi un peu d’air à la carte mère pour respirer, sans quoi c’est condamner les convertisseurs de tension à une mort à petit feu.

Optimiser les nuisances sonores

La ventilation du boîtier devrait toujours être régie par un capteur de température. Une fois que l’on a défini la valeur maximale atteinte en « test de torture absolu », on peut simuler à l’aide d’une combinaison de tests de torture CPU et GPU plus « light » la charge dans un jeu exigeant. Nous conseillons ici particulièrement l’association de MSI Kombustor avec OCCT comme décrit plus haut. Avec les charges générées, on peut optimiser la courbe de vitesse de rotation des ventilateurs en plaçant la montée brutale de sécurité juste après les températures atteintes dans le test de torture « réaliste ».

Limites des tests de stabilité

Avec ces programmes, il n’est pas possible de garantir à 100% qu’un système de montrera stable en toute circonstance, mais on peut tout de même s’assurer que le système de refroidissement et l’alimentation électrique fonctionnent de manière appropriée. Ces programmes ne remplacent cependant pas les tests dans des programmes du quotidien pour traquer les instabilités dues à un overclocking trop optimiste. Prime95 et consorts ne sont pas des machines à traquer les erreurs de calcul, mais de simples outils de calcul optimisés pour une seule chose : consommer le plus possible d’énergie.

Conclusion

En réfléchissant un peu et avec les programmes appropriés, qui pour la plupart sont gratuits, on peut tester à peu de frais son système de refroidissement et la stabilité de son système. Ces tests permettent aussi de déceler une éventuelle dégradation de la performance de refroidissement afin de réagir en conséquence. Aussi, ces tests devraient être effectués tous les six mois sur les systèmes récents, voire plus régulièrement pour les systèmes plus anciens, surtout si on utilise son système de manière intensive au quotidien. Ces tests ne sont donc pas seulement destinés aux overclockers, mais à ceux pour qui la stabilité est primordiale.

Sommaire :

  1. Introduction et système de test
  2. Prime95 avec AVX ou SSE
  3. OCCT et ses options
  4. Aida64 : CPU, FPU, cache, mémoire
  5. powerMAX, Heavy Load
  6. Graphiques : consommations comparées
  7. Graphiques : températures comparées
  8. Résumé et conclusion