Accueil » Test » Comparatif : les meilleurs disques durs externes USB 3.0 (2015) » Page 2

Comparatif : les meilleurs disques durs externes USB 3.0 (2015)

1 : Comment choisir un disque dur externe ? 3 : Protocole de test 4 : Le meilleur 3,5 pouces 5 : Le meilleur 2,5 pouces 6 : Tableau récapitulatif

L’éternelle question du formatage

Nous sommes nombreux à utiliser un disque dur externe pour transporter des fichiers d’une machine à une autre. Or tous les ordinateurs n’utilisent pas les mêmes systèmes d’exploitation, qui n’emploient pas tous les mêmes systèmes de fichiers et ne savent pas lire les fichiers des autres. Comment donc formater un disque dur externe pour échanger des données entre Windows, Mac OS et Linux ?

Le bon vieux temps, la FAT 32.

Image 1 : Comparatif : les meilleurs disques durs externes USB 3.0 (2015)

Il y a quelque temps encore, cette question ne se posait pas. Windows, Mac OS et Linux pouvaient collaborer via le système de fichiers FAT 32. Et c’est toujours le cas. La FAT 32 demeure le seul format totalement compatible avec Windows, Mac OS X et Linux. Mais l’explosion du partage de films de vacances a créé un nouveau besoin, celui de pouvoir manipuler des fichiers de plus de 4 Go. La FAT 32 devint alors obsolète puisque 4 Go est la limite qu’elle impose.

Sous Windows : NTFS

Microsoft a doté ses systèmes d’exploitation de la branche NT (NT, 2000, XP, Vista, 7, 8) d’un système de fichier moderne, sophistiqué : NTFS. NTFS sait parfaitement lire et écrire des fichiers de plus de 4 Go (son maximum est de 16 exaoctets, soit 16 milliards de Go). Mais NTFS n’est pas librement distribué par Microsoft. Pour l’utiliser il faut acquitter une licence, que ni Apple, ni les divers distributeurs ou vendeurs de distribution GNU/Linux n’ont voulu prendre.

Un disque dur formaté en NTFS est lisible par Mac OS X, mais Mac OS X ne peut pas y écrire des données. Le noyau Linux se comporte de la même manière. L’écriture sur NTFS est néanmoins possible sous ces systèmes via l’installation de pilotes spécifiques développés par des tiers. Les plus célèbres sont celui de Paragon (payant) et l’alternative libre NTFS-3G, incluse par défaut par de très nombreuses distributions Linux. Les développeurs de NTFS-3G commercialisent également un pilote annoncé comme plus performant, Tuxera NTFS.

Sous Mac OS X : HFS+

Mac OS X a également son système de fichiers propriétaire : HFS+. HFS+ n’est lisible que par Mac OS X : ni Windows ni Linux ne possèdent de pilotes adaptés. La seule exception est celle d’un Windows installé sur un Mac : Apple livre dans son package « Bootcamp » un pilote pour le HFS+. Son installation sur d’autres PC n’est ni permise, ni facile. Là encore, Paragon propose des pilotes adaptés. La société a même un pilote HFS+ pour Android.

Sous Linux : ext2, 3, 4, ReiserFS, btrfs, etc.

Bien qu’il lui manque le NTFS et le HFS+, le noyau Linux est capable de gérer de nombreux systèmes de fichiers, intrinsèquement performants. Mais ni Windows ni Mac OS X ne savent les lire d’origine. Là encore, des solutions existent. Certaines sont libres et gratuites, comme Ext2IFS ou Ext2Read, qui rendent les formats ext2 et ext3 lisibles par Windows. D’autres sont payantes, comme Paragon ExtFS, disponible pour Mac OS ou Windows.

Image 2 : Comparatif : les meilleurs disques durs externes USB 3.0 (2015)La quasi-solution : exFAT

Il n’y a, aujourd’hui, aucune solution universelle. Toutefois, un système de fichiers semble devenir universel : exFAT. Pensé pour le stockage sur mémoire Flash, exFAT est lui aussi un format sous licence Microsoft. Malgré la licence, de plus en plus d’acteurs le choisissent. Apple, par exemple, qui l’inclut dans Mac OS X. Des pilotes exFAT – créés par Paragon ou Tuxera – existent pour Linux ou Android et ils semblent trouver preneur : Panasonic livre par exemple ses smartphones Eluga avec le pilote Tuxera. Mais le signe le plus encourageant pour l’établissement d’exFAT comme un futur standard est qu’il a été choisi comme format natif des cartes mémoires SDXC. Tout appareil compatible SDXC doit être compatible exFAT. On peut espérer que l’omniprésence de ces cartes pousse à l’avenir la communauté Linux a développer des pilotes compatibles. Ou pousse Microsoft à libérer son format devenu incontournable.

Sommaire :

  1. Comment choisir un disque dur externe ?
  2. L'éternelle question du formatage
  3. Protocole de test
  4. Le meilleur 3,5 pouces
  5. Le meilleur 2,5 pouces
  6. Tableau récapitulatif