Accueil » Dossier » Comparatif : les solutions gratuites de virtualisation » Page 9

Comparatif : les solutions gratuites de virtualisation

1 : Des hyperviseurs gratuits ? C'est possible ! 2 : Virtualisation, paravirtualisation : comment et pourquoi ? 3 : Configuration de test : le serveur 4 : Configuration de test : réseau et stockage 5 : Microsoft Hyper-V Server 2012 R2 6 : Microsoft Hyper-V Server 2012 R2 (suite) 7 : VMWare vSphere Hypervisor 5.5.0 8 : VMWare vSphere Hypervisor 5.5.0 (suite) 10 : Citrix XenServer 6.2.0 SP1 (suite) 11 : Proxmox VE 3.2 12 : Proxmox VE 3.2 (suite) 13 : Performances vCPU 14 : Performances stockage : IOmeter 15 : Performances stockage : ATTO 16 : Performances stockage : CrystalDiskMark 17 : Tableau récapitulatif

Citrix XenServer 6.2.0 SP1

Image 1 : Comparatif : les solutions gratuites de virtualisationCitrix XenServer est une plateforme de virtualisation gratuite, basée sur l’hyperviseur open-source Xen. Si l’hyperviseur Xen existe depuis de nombreuses années (la version 1.0 date d’octobre 2003), le rachat de XenSource par Citrix ne date que de 2007. XenServer est disponible gratuitement, mais il faudra en revanche opter pour une licence annuelle (500 dollars par socket) ou perpétuelle (1250 dollars par socket) pour profiter du support de Ctrix.

Pré-requis à l’installation

XenServer demande un processeur x86-64 pour fonctionner, cadencé à 1,5 GHz au minimum. Citrix recommande toutefois un (ou plusieurs) processeur cadencé à 2 GHz ou plus, et si possible multi-core. De plus, un processeur supportant les technologies Intel VT ou AMD-V est nécessaire pour faire tourner un système Windows dans une machine virtuelle. La solution de Citrix demande un minimum de 2 Go de mémoire, et supporte jusqu’à 1 To de mémoire physique, jusqu’à 160 processeurs logiques et jusqu’à 12 GPU. XenServer supporte désormais jusqu’à 650 VM Linux ou 500 VM Windows par host, et un maximum de 4000 vCPU en tout.

Côté machines virtuelles, XenServer peut allouer un maximum de 16 vCPU (voire jusqu’à 32 pour les machines virtuelles Linux, en modifiant certains paramètres en ligne de commande), et jusqu’à 128 Go par VM. Les disques virtuels sont limités à 2 To (-4 Go), et on ne peut allouer que 7 interfaces réseau par VM.

Fonctionnalités

Contrairement à VMWare qui fait principalement appel à un système de « translation binaire » (via le mécanisme Scan-Before-Execution), XenServer combine virtualisation matérielle et paravirtualisation. Ainsi, lorsque le système d’exploitation invité ne peut pas être totalement paravirtualisé, l’hyperviseur fait appel aux technologies de virtualisation matérielle Intel VT ou AMD-V.

Les interactions entre les machines virtuelles et le matériel sont gérées par le domaine de contrôle « Domain 0 », lui-même une machine virtuelle dotée de privilèges spéciaux. Hébergeant une instance optimisée de Linux, « Domain 0 » s’appuie sur les pilotes standards open source de Linux, offrant ainsi une compatibilité matérielle très étendue.

Sommaire :

  1. Des hyperviseurs gratuits ? C'est possible !
  2. Virtualisation, paravirtualisation : comment et pourquoi ?
  3. Configuration de test : le serveur
  4. Configuration de test : réseau et stockage
  5. Microsoft Hyper-V Server 2012 R2
  6. Microsoft Hyper-V Server 2012 R2 (suite)
  7. VMWare vSphere Hypervisor 5.5.0
  8. VMWare vSphere Hypervisor 5.5.0 (suite)
  9. Citrix XenServer 6.2.0 SP1
  10. Citrix XenServer 6.2.0 SP1 (suite)
  11. Proxmox VE 3.2
  12. Proxmox VE 3.2 (suite)
  13. Performances vCPU
  14. Performances stockage : IOmeter
  15. Performances stockage : ATTO
  16. Performances stockage : CrystalDiskMark
  17. Tableau récapitulatif