Accueil » Test » Comparatif : les SSD PCIe » Page 4

Comparatif : les SSD PCIe

1 : Introduction 2 : NVM Express 3 : Intel SSD DC P3700 5 : Performances 4K aléatoires et latence 6 : Régularité des performances 7 : Performances séquentielles 8 : Performances selon profils IOmeter 9 : Streaming vidéo 10 : Conclusion

Configuration du test

Composants
ProcesseurIntel Core i7-3960X (Sandy Bridge-E), 32 nm, 3,3 GHz, LGA 2011, 15 M0 de cache L3 partagés, Turbo Boost actif
Carte mère
Intel DX79SI, X79 Express
DRAM
G.Skill Ripjaws Z-Series (4 x 4 Go) DDR3-1600 @ DDR3-1600, 1,5 V
Stockage OS
Intel SSD 320 160 Go SATA 3Gb/s
SSD testé
Intel SSD DC P3700 800 Go
Carte graphique
AMD FirePro V4800 1 Go
Alimentation
OCZ ModXStream Pro 700 Watts
Logiciels et pilotes
OSWindows 7 64 bits Ultimate/Windows Server 2012 R2
DirectXVersion 11
Graphique
ATI 8.883
Benchmarks
Iometer v1.1.0
4 threads, 4 Ko aléatoire: LBA=complet, file d’attente croissante
ATTO
v2.4.7, 2 Go, 4 commandes en file d’attente
Personnalisé
C++, 8 Mo séquentiel, 4 commandes en file d’attente
Profils Iometer
Lecture
Ecriture
512 Bytes
1 Ko
2 Ko
4 Ko
8 Ko
16 Ko
32 Ko
64 Ko
128 Ko
512 Ko
Base de données
67%
100%
n/a
n/a
n/a
n/a
100%
n/a
n/a
n/a
n/a
n/a
Serveur fichiers
80%
100%
10%
5%
5%
60%
2%
4%
4%
10%
n/a
n/a
Serveur Web
100%
100%
22%
15%
8%
23%
15%
2%
6%
7%
1%
1%

La Storage Networking Industry Association (SNIA), groupe de travail constitué de fabricants et vendeurs de SSD, mémoire Flash et contrôleurs propose une méthodologie qui vise à maitriser autant que possible les variables inhérentes aux SSD : SSS PTS. Celle-ci est particulièrement utile lorsqu’il s’agit de tester des SSD destinés au marché professionnel. Plutôt que de définir une liste de tests à exécuter, cette procédure indique une manière de conduire les tests. Le flux de travaux est divisé en quatre parties :

1 – Purge : cette étape consiste à faire revenir le périphérique de stockage dans un état aussi proche que possible du neuf, sans qu’il ne contienne de données. Ceci passe normalement par un effacement sécurisé dans le cas des SSD.

2 – Workload-Independent Preconditioning : il s’agit d’exécuter une tâche, sans lien avec les benchmarks qui suivent, afin de permettre au SSD d’afficher des performances stables.

3 – Workload-Based Preconditioning: là encore, on cherche à stabiliser les performances du SSD, mais cette fois en utilisant les benchmarks de la suite de test (4 Ko aléatoire, 128 Ko séquentiel etc.).

4 – Steady State : il s’agit du stade auquel les performances du SSD sont stabilisées

Ces étapes sont déterminantes lorsqu’il s’agit de tester les SSD : on a très vite fait de ne pas complètement conditionner le SSD et par conséquence, d’observer des performances correspondant à l’état neuf du SSD et non pas l’état stabilisé. Ces étapes sont également importantes lorsque l’on passe d’opérations aléatoires à des opérations séquentielles.

La méthodologie SSS PTS a été suivie pour l’ensemble des tests de cet article afin de garantir l’exactitude des résultats ainsi que leur reproductibilité.

Tous les benchmarks s’appuient sur des donnés aléatoires lorsque nous en avons la possibilité. Précisons que l’Intel P3700 n’effectue aucune compression de données avant d’écrire, ce qui empêche les fortes variations de performances suivant les cas. Nous avons par ailleurs décidé de concentrer nos comparaisons avec les Micron P320h et P420m, deux SSD PCIe très proches en termes de performances et d’architecture. L’un comme l’autre  utilisent un pilote propriétaire qui, à défaut d’être NVMe, nous permet d’obtenir une très bonne approximation.

Sommaire :

  1. Introduction
  2. NVM Express
  3. Intel SSD DC P3700
  4. Configuration du test
  5. Performances 4K aléatoires et latence
  6. Régularité des performances
  7. Performances séquentielles
  8. Performances selon profils IOmeter
  9. Streaming vidéo
  10. Conclusion