Accueil » Dossier » Comprendre : le switch réseau (commutateur)

Comprendre : le switch réseau (commutateur)

1 : Introduction 2 : Qu’est-ce qui fait un switch ? 4 : Considérations importantes 5 : Conclusion

Les différents types de switchs

A l’heure actuelle, deux types de réseaux sont utilisés au niveau prosommateur et entreprise : la fibre et l’Ethernet. La différence de coût est énorme, à tel point qu’il est normal d’utiliser plusieurs switchs Ethernet avec un tronc en fibre afin d’augmenter la bande passante ainsi que les débits entre deux switchs. Nous avons décidé ici de nous concentrer uniquement sur les switchs accessibles au commun des mortels, c’est-à-dire les modèles Ethernet. Après avoir déterminé le type de réseau que l’on souhaite construire, il faut choisir un switch. Pour simplifier les choses, disons qu’il existe trois principaux types de modèles : les non-administrables, les « intelligents » et enfin les administrables.

Les switchs non-administrables sont les plus basiques des trois et probablement ceux qui intéresseront la majorité d’entre nous, vu que leur configuration est on ne peut plus simple et qu’ils sont à portée de tous en termes de prix. Comme son nom l’indique, un switch non-administrable est un switch qu’’il n’est pas possible de configurer, toute la programmation étant déjà intégrée par ailleurs. Dans la majorité des cas, un particulier cherche à augmenter le nombre d’appareils pouvant être simultanément reliés à une seule connexion Internet, besoin auquel un switch non-administrable est parfaitement capable de répondre puisqu’il ne nécessite qu’un investissement minimal en temps comme en argent.

Image 1 : Comprendre : le switch réseau (commutateur)

Un switch « intelligent » constitue le compromis entre un switch administrable et un modèle non-administrable : ils permettent un paramétrage certes partiel, mais avec la finesse que proposent les switchs administrables. Ce type de produit est recommandé lorsque l’on souhaite contrôler un peu plus son réseau ainsi que le mode de fonctionnement de ce dernier. Suivant le modèle, il est possible de gérer quelques options comme la qualité de service (QoS) ainsi que les VLAN qui peuvent être utiles si l’on dispose de téléphones VoIP, ou bien si l’on souhaite isoler différentes portions de son réseau les unes des autres. Les switchs « intelligents » constituent un choix tout à fait valable pour la majorité d’entre nous : leur utilisation reste simple et ils permettent une meilleure connaissance de son réseau par rapport à un switch non administrable.

Image 2 : Comprendre : le switch réseau (commutateur)

Terminons par les switchs administrables : la plupart d’entre eux proposent toutes les options que l’on peut actuellement proposer à un ingénieur réseau. Les possibilités de contrôle sont très fines : sécurité des ports, listes de contrôle des accès (ACLs) ainsi que capacités étendues en matière de VLAN. Ces modèles ne sont pas conseillés aux particuliers sachant que leur configuration demande du temps ainsi que de solides connaissances : leur niveau de fonctionnalité est adapté à un environnement professionnel et leur prix en rapport avec ce niveau de prestations.

Image 3 : Comprendre : le switch réseau (commutateur)

Sommaire :

  1. Introduction
  2. Qu’est-ce qui fait un switch ?
  3. Les différents types de switchs
  4. Considérations importantes
  5. Conclusion