Accueil » Dossier » Comprendre : le switch réseau (commutateur) » Page 4

Comprendre : le switch réseau (commutateur)

1 : Introduction 2 : Qu’est-ce qui fait un switch ? 3 : Les différents types de switchs 5 : Conclusion

Considérations importantes

Les besoins en matière de réseau à domicile varient d’une personne à l’autre. Certains privilégieront le nombre de ports disponibles tandis que d’autres accorderont une importance particulières aux possibilités de contrôle. Le plus important est de faire l’inventaire de ce que l’on souhaite brancher et de savoir ce dont on a besoin pour optimiser l’accessibilité et le fonctionnement de son réseau. Il ne faut pas oublier de prendre le futur en compte : ce n’est pas parce que l’on a cinq appareils à brancher physiquement sur un réseau aujourd’hui qu’il en sera de même demain.

L’encombrement est une considération parmi d’autres, à fortiori pour les switchs destinés aux particuliers qui sont déclinés en une multitude de formes et tailles. Un modèle à quatre ports d’une marque donnée peut être plus volumineux que l’équivalent chez la concurrence. A-t-on la place nécessaire pour effectuer les branchements et y revenir facilement en cas de besoin ? Généralement, la taille des switchs augmente avec le nombre de ports qu’ils proposent. Par ailleurs, n’oublions pas qu’il faut prévoir une zone de dégagement autour des switchs afin que la chaleur emmagasinée puisse se dissiper.

Le choix du nombre de ports est particulièrement important et nécessite de bien prévoir les choses, faute de quoi on se retrouve à acheter un nouveau switch. Nous conseillons de voir large en intégrant les appareils auxquels on ne pense pas spontanément, c’est-à-dire lecteur Blu-ray,  téléviseur, caméras & téléphones IP qui viennent s’ajouter aux box Internet, consoles et PC.

Image 1 : Comprendre : le switch réseau (commutateur)

La vitesse ainsi que la fiabilité sont également à prendre en compte. Pour un particulier, les modèles gérant 10/100/1000 Mbps sont parfaitement adaptés. Les switchs 10/100 Mbps peuvent être nettement moins onéreux que les modèles Gigabit (1000 Mbps) et son généralement suffisants pour du streaming audio/vidéo à faible dose. Ceci étant dit, la plupart des switchs récents gèrent les connexions Gigabit et ne sont pas vraiment plus chers que les modèles 10/100 Mbps. La compatibilité 1000 Mbps devient prépondérante si l’on est connecté à un serveur partageant le réseau, ou que l’on partage/transfère des données sur deux appareils et plus. A l’avenir, les débits pour l’instant réservés aux entreprises comme les 10 Gbps seront plus accessibles sur un plan matériel. Dans l’immédiat, les switchs 10 Gbps restent très chers et injustifiables ou presque pour des particuliers vu que le débit de nos connexions Internet ne permet pas de vraiment les exploiter. D’une manière générale, les connexions sans-fil sont plus lentes et moins fiables que les connexions filaires, sans parler de leur susceptibilité à de multiples facteurs extérieures comme l’environnement et le placement.

Sommaire :

  1. Introduction
  2. Qu’est-ce qui fait un switch ?
  3. Les différents types de switchs
  4. Considérations importantes
  5. Conclusion