Accueil » Test » Core i7-3970X Extreme : plus fort qu’un Xeon octo-core ?

Core i7-3970X Extreme : plus fort qu’un Xeon octo-core ?

1 : Introduction 2 : Configuration de test et benchmarks 3 : PCMark 7 4 : 3DMark 11 5 : Sandra 2013 6 : Création de contenu 7 : Adobe CS 6 8 : Bureautique 9 : Compression 10 : Encodage audio/vidéo 11 : Battlefield 3 12 : The Elder Scrolls V: Skyrim 13 : World Of Warcraft: Mists Of Pandaria 14 : Consommation et efficacité énergétique

Conclusion

Rien n’obligeait Intel à lancer le Core i7-3970X ; le 3960X était déjà le processeur pour configuration mono-socket le plus rapide du marché. Toutefois, au cours de l’année qui s’est écoulée depuis la présentation du Sandy Bridge-E, le fondeur a également lancé son architecture Ivy Bridge. Affichant des performances par cycle revues à la hausse, celle-ci a mis les acheteurs face à un choix cornélien : faire des économies en optant pour un quad-core Ivy Bridge ou se faire plaisir en choisissant une architecture un rien plus âgée mais offrant plus de cores et une connectivité PCI Express plus développée ?

Avec le Core i7-3970X, Intel offre aux power users fortunés une raison supplémentaire de préférer les Sandy Bridge-E. Les 200 MHz supplémentaires viennent en effet à point nommé dans les applications telles que Photoshop, Premier Pro, 3ds Max, Visual Studio ou Maxon Cinema 4D. Et les 100 MHz de plus en Turbo Boost accélèrent iTunes, PowerPoint et Lame.

Image 1 : Core i7-3970X Extreme : plus fort qu'un Xeon octo-core ?

Image 2 : Core i7-3970X Extreme : plus fort qu'un Xeon octo-core ?

Le revers de la médaille est toutefois bien présent : si Intel propose, comme toujours, son fer de lance pour desktop à 1000 €, il vous faudra cette fois faire particulièrement attention au système de refroidissement. Avec son TDP de 150 watts, le Core i7-3970X est en effet totalement ingérable pour les ventirads LGA 2011 classiques ; le fondeur recommande d’opter pour son système watercooling en circuit fermé, ce qui ajoute plus de 80 € à une facture déjà particulièrement salée.

Et ce n’est pas tout : nos tests montrent clairement que les gains de performances apportés par ce nouveau processeur ne suffisent pas à contrebalancer la hausse de sa consommation. Par conséquent, les performances par watt de celui-ci sont moins élevées que celles de son prédécesseur ; certes, ce point n’a en pratique que peu d’importance dans la mesure où un processeur de ce type est généralement destiné au monde professionnel, où le gain de temps compense les pertes financières dues à la consommation, mais tout de même : cela fait un peu tache.

D’autant plus que pour les professionnels, il y a l’Intel Xeon E5-2687W. Alors oui, c’est un processeur à 1900 €, et il est lui aussi annoncé avec un TDP de 150 watts. Mais si votre première priorité est de faire tourner un logiciel multithreadé aussi rapidement que possible, ce monstre à huit cores armé de 20 Mo de cache est indéniablement ce qui se fait de mieux sur le marché, et ce, pour une facture énergétique nettement moindre que celle de n’importe lequel de ses concurrents.

Sommaire :

  1. Introduction
  2. Configuration de test et benchmarks
  3. PCMark 7
  4. 3DMark 11
  5. Sandra 2013
  6. Création de contenu
  7. Adobe CS 6
  8. Bureautique
  9. Compression
  10. Encodage audio/vidéo
  11. Battlefield 3
  12. The Elder Scrolls V: Skyrim
  13. World Of Warcraft: Mists Of Pandaria
  14. Consommation et efficacité énergétique
  15. Conclusion