Accueil » Actualité » Core i7-4770K Haswell : tout ça pour ça ? » Page 2

Core i7-4770K Haswell : tout ça pour ça ?

1 : Introduction 3 : HD Graphics 4600 : l’accélération OpenCL impressionne 4 : HD Graphics 4600 : Battlefield 3 5 : HD Graphics 4600 : BioShock Infinite 6 : HD Graphics 4600 : Hitman: Absolution 7 : HD Graphics 4600 : The Elder Scrolls V: Skyrim 8 : HD Graphics 4600 : World of Warcraft: Mists Of Pandaria 9 : Chipsets Intel série 8 : un Z87 réussi 10 : Overclocking : passage à la caisse nécessaire 11 : Configuration de test et benchmarks 12 : Tests synthétiques 13 : Adobe CS6 14 : Création de contenu 15 : Bureautique 16 : Compression 17 : Encodage audio/vidéo 18 : Consommation 19 : Conclusion

HD Graphics 4600 : performances 3D et QuickSync

Le mois dernier, Intel a fait grand bruit de ses nouveaux contrôles graphiques intégrés répondant au nom d’Iris Pro et Iris, lesquels sont sensés démultiplier les performances graphiques proposées jusqu’ici. Le Core i7-4770K se ne bénéficie ni de l’un ni de l’autre, sachant que son HD Graphics 4600 qui se résume à une évolution des HD Graphics 3000 de Sandy Bridge et HD Graphics 4000 d’Ivy Bridge.

Lors du lancement de Sandy Bridge, Tom Piazza (représentant d’Intel) avait décrit le travail de modularisation des différents composants du moteur graphique. Lors du test du Core i7-3770K, nous avions d’ailleurs utilisé les images suivantes pour illustrer l’approche ciblée d’Intel, à savoir l’amélioration de son architecture partitionnée.

Image 1 : Core i7-4770K Haswell : tout ça pour ça ?

À titre de comparaison, voici l’image présentée par Tom Piazza lors de l’IDF 2012 pour présenter Haswell. Notons qu’un sixième secteur est apparu vu que l’architecture dispose à présent d’un moteur dédié à la qualité vidéo.

Image 2 : Core i7-4770K Haswell : tout ça pour ça ?

Haswell conserve la même architecture partitionnée tout en y ajoutant des ressources supplémentaires. La compatibilité DirectX 11.1, OpenCL 1.2 et OpenGL4.0 est bien là, mais c’est le passage de 16 à 20 unités d’exécution programmables au sein du GT2 d’Haswell qui influe avant tout sur les performances. Les cinq pages qui suivent sont donc l’occasion de mesurer les répercussions de ce nouvel IGP en termes de performances moyennes, performances dans le temps et latence interimages. Le verdict s’avère être très proche de ce que l’on avait pu constater non seulement l’année dernière, mais aussi en 2010 : pour résumer, le HD Graphics 4600 s’en tire avec les honneurs lorsqu’il s’agit de jeux peu gourmands, mais il est aussi très vite dépassé par les évènements lorsque l’on passe à des résolutions devenues courantes sur nos écrans. AMD ne propose pas beaucoup mieux de ce point de vue, mais le fait est qu’Intel n’a toujours pas comblé son retard.

Bonne nouvelle, l’HD Graphics 4600 est utilisé sur l’ensemble des processeurs Haswell alors qu’Intel avait jusqu’ici tendance à implémenter des IGP aux performances dégradées sur ses CPU entrée de gamme.

Quick Sync progresse

Il y a beaucoup à dire sur Quick Sync, fonctionnalité que nous avions vue en détail lors du test de Sandy Bridge. Intel a fait progresser son moteur de transcodage vidéo https://www.tomshardware.fr/articles/ivy-bridge-benchmark-core-i7-3770k,2-838-7.html l’année suivante en améliorant essentiellement ses performances. Haswell apporte également son lot de progrès, aussi bien au niveau des performances qu’au niveau des réglages disponibles.

Concrètement, les précédentes versions de Quick Sync proposaient trois niveaux de réglage prédéfinis sur des critères de performances et qualité qu’Intel a baptisés en fonction de l’usage prévu (target usages). Sur Haswell, on passe à sept différents réglages. Le sujet mériterait un article à lui seul, mais à ce stade, on remarque déjà qu’avec le réglage le plus élevé (TU1), le fichier vidéo converti est de bien meilleure qualité avec un HD Graphics 4600 par rapport à ce dont un HD 4000 est capable.

Encore une fois, la simple notion de qualité d’image est un sujet qui mériterait un article. Nous avons cependant eu la chance de mettre la main sur la dernière version bêta de HandBrake, laquelle est optimisée pour Quick Sync et OpenCL, pour évaluer les performances du nouveau processeur d’Intel ainsi que celles de l’AMD A10-5800K.

Image 3 : Core i7-4770K Haswell : tout ça pour ça ?

Ce graphique n’est pas là pour mépriser les performances de l’APU d’AMD : étant donné que le même test prendra 226 secondes lorsqu’il est exécuté sur les seuls cores x86 de l’A10-5800K,  on gagne donc à activer l’accélération OpenCL. Cependant, Quick Sync permet de passer de 113 secondes à seulement 14 sur le Core i7-4770K. Il nous a fallu la confirmation de François Piednoël (représentant d’Intel) avant de pouvoir considérer ce résultat comme réaliste : manifestement, il s’agit du gain de temps prévisible.

À chaque génération précédant Haswell, on constate que le test s’achève avec une seconde (ou plus) de retard. Presque insignifiant ici, il faut prendre la mesure de cet écart lorsque l’on convertit non pas une séquence vidéo, mais un film en Blu-ray.

Sommaire :

  1. Introduction
  2. HD Graphics 4600 : performances 3D et QuickSync
  3. HD Graphics 4600 : l’accélération OpenCL impressionne
  4. HD Graphics 4600 : Battlefield 3
  5. HD Graphics 4600 : BioShock Infinite
  6. HD Graphics 4600 : Hitman: Absolution
  7. HD Graphics 4600 : The Elder Scrolls V: Skyrim
  8. HD Graphics 4600 : World of Warcraft: Mists Of Pandaria
  9. Chipsets Intel série 8 : un Z87 réussi
  10. Overclocking : passage à la caisse nécessaire
  11. Configuration de test et benchmarks
  12. Tests synthétiques
  13. Adobe CS6
  14. Création de contenu
  15. Bureautique
  16. Compression
  17. Encodage audio/vidéo
  18. Consommation
  19. Conclusion