Accueil » Actualité » Core i7-6700K et i5-6600K : à la découverte de Skylake

Core i7-6700K et i5-6600K : à la découverte de Skylake

Voici notre test des premiers CPU Skylake Core i7-6700K et i5-6600K d’Intel, les véritables successeurs des CPU Devil’s Canyon…

1 : Introduction 2 : Le chipset Intel Z170 4 : Protocole et plateforme de test 5 : Edition et Multimedia 6 : Bureautique (Office) 7 : Rendu, encodage, compression, calculs 8 : Station de travail 9 : HD Graphics 530 : Jeu vidéo 10 : HD Graphics 530 : Station de travail 11 : Consommation, Température 12 : Conclusion

Overclocking : une meilleure granularité

Les amateurs d’overclocking n’ont pas toujours été satisfaits par les choix qu’Intel a fait en matière d’intégration, d’amélioration de l’efficacité ou plus simplement de réduction des coûts. Des modifications au niveau des matériaux, des ratios trop restrictifs ou encore le régulateur de tension intégré affectent les capacités d’overclocking. Le constructeur semble toutefois à l’écoute de ses clients, même lorsqu’il s’agit de « power users » qui poussent ses processeurs le plus loin possible de leurs spécifications de base.

Parfois, les modifications sont superficielles : Intel a légèrement modifié la partie alimentation et les performances thermiques de son architecture Haswell pour créer Devil’s Canyon, mais on garde toujours les ratios BCLK, et donc une fréquence de base qui ne peut être modifiée que de quelques MHz à la hausse ou à la baisse. Une nouvelle microarchitecture comme Skylake donne la possibilité à Intel de revoir plus en profondeur certains paramètres et certaines limites. Les Core i7-6700K et Core i5-6600K représentent ici un grand pas en avant, bien que certains détails – comme les matériaux utilisés entre le die et l’IHS) ne soient pas encore connus.

Pour commencer, la fréquence de référence du PCH pour le bus PCIe et les entrées/sorties est fixée à 100 MHz. Un signal BCLK isolé facilite l’overclocking des différents sous-systèmes du processeur (core, cache, partie graphique ou contrôleur mémoire) par pas de 1 MHz, jusqu’à un maximum de 200 MHz. Ce signal est ensuite multiplié par différents ratios : les cores par exemple, supportent un ratio maximum de 83x – supérieur au 80x des Haswell – tandis que la partie graphique propose un ratio maximum de 60x (similaire à celui des Haswell ou des Ivy Bridge).

Image 1 : Core i7-6700K et i5-6600K : à la découverte de Skylake

Les premiers documents concernant Skylake parlaient d’un ratio mémoire pouvant atteindre 24x à 133 MHz ou 31x à 100 MHz, soit un maximum de 3200 MT/s. Toutefois, la documentation plus récente mentionne un maximum de 4133 MT/s. Nous disposons de kits pouvant atteindre 3600 MT/s, donc il reste encore de la marge. Alors que les microarchitectures précédentes proposaient des pas de 200/266 MT/s, Skylake propose de son côté des pas de 100/133 MT/s.

Overclocking : nos tests

Skylake vient à peine de voir le jour, et nous nous faisons la main sur des modèles de pré-série. Nous ne sommes par ailleurs pas particulièrement optimistes quant aux possibilités d’overclocking d’un processeur comme le Core i7-6700K, compte tenu de sa fréquence de base de 4 GHz et de son mode Turbo Boost atteignant « seulement » 4,2 GHz. Toutefois, nos premiers tests montrent qu’un objectif de 4,7 GHz, avec une augmentation minimale de la tension appliquée, est possible.

Image 2 : Core i7-6700K et i5-6600K : à la découverte de Skylake

L’un de nos modèles a même accepté de fonctionner à une fréquence de 4,9 GHz avec une tension (élevée) de 1,41V, mais il s’est montré assez instable en charge.  Juste pour montrer la flexibilité du BLCK, nous avons passé celui-ci à 115 MHz sur notre Core i7-6700K, le temps de prendre la capture d’écran ci-dessous :

Image 3 : Core i7-6700K et i5-6600K : à la découverte de Skylake

Nous avons passé du temps à explorer les différents réglages possibles du côté de la mémoire grâce aux kits de mémoire DDR4-3200 fournis par G.Skill et Corsair. Les produits des deux constructeurs fonctionnent parfaitement à 3200 MT/s avec les réglages par défaut et leurs profils XMP respectifs. Il ne nous a en revanche pas été possible de faire fonctionner de manière stable à 3600 MT/s le kit de DDR4-3600 que Corsair nous a ensuite envoyé. Ce n’est toutefois qu’une question de temps avant que des kits DDR4 avec des réglages mémoire plus agressifs soient disponibles.

Image 4 : Core i7-6700K et i5-6600K : à la découverte de Skylake

La bande passante augmente régulièrement avec la hausse de la fréquence. Passer à 3200 MT/s améliore par exemple de 40% la bande passante. De quoi dépasser les 32 Go/s…

Image 5 : Core i7-6700K et i5-6600K : à la découverte de Skylake

Image 6 : Core i7-6700K et i5-6600K : à la découverte de Skylake

Bien entendu, les performances n’augmentent pas de manière si linéaire en situation réelle. La hausse se limite par exemple à 6 ou 7 % avec WinRAR. De manière intéressante, fréquence plus élevée ne veut pas forcement dire meilleures performances : la DDR4-2933 semble en pratique la plus rapide.

Sommaire :

  1. Introduction
  2. Le chipset Intel Z170
  3. Overclocking : une meilleure granularité
  4. Protocole et plateforme de test
  5. Edition et Multimedia
  6. Bureautique (Office)
  7. Rendu, encodage, compression, calculs
  8. Station de travail
  9. HD Graphics 530 : Jeu vidéo
  10. HD Graphics 530 : Station de travail
  11. Consommation, Température
  12. Conclusion