Accueil » Actualité » CPL : le 600 mégabits/s se généralise

CPL : le 600 mégabits/s se généralise

Image 1 : CPL : le 600 mégabits/s se généraliseCes CPL Zyxel

Si les boîtiers CPL à 200 mégabits/s sont les plus courants — et permettent dans de bonnes conditions d’atteindre 70 mégabits/s —, les modèles à 500 mégabits/s et maintenant 600 mégabits/s commencent à arriver dans les chaumières. Dans le premier cas, on peut espérer environ 150 mégabits/s dans la pratique, dans le second, on devrait donc atteindre entre 150 et 200 mégabits/s dans la réalité.

600 mégabits/s, via la prise de terre

Le fonctionnement des modèles à 600 mégabits/s est globalement le même que celui des modèles classiques en IEEE 1901 AV2 (le petit nom de la norme « 500 mégabits/s », la différence principale venant en effet de l’utilisation du troisième fil (la prise de terre) pour améliorer les débits et la portée. Dans les adaptateurs plus classiques, seuls la phase et le neutre sont utilisés, ce qui limite en partie les débits. Bien évidemment, et c’est encore plus important ici, une installation électrique propre est donc nécessaire.

Le principal problème reste le prix : les adaptateurs à 600 mégabits/s comme ceux annoncés par Zyxel sont assez onéreux. Un modèle classique (sans prise femelle) vaut 70 € alors qu’un modèle doté d’une prise femelle, plus simple à brancher (et souvent plus performant) atteint 95 €. Les kits de deux adaptateurs valent 130 € et 175 € respectivement. En Wi-Fi, on peut atteindre des débits équivalents avec un bon point d’accès 802.11n et les appareils en 802.11ac sont bien plus rapides pour un prix équivalent. Rappelons aussi que la solution la moins coûteuse et la plus performante reste de tirer un câble Ethernet entre les appareils, même si ce n’est pas la solution la plus pratique…

Bien évidemment, le CPL garde quelques avantages, comme une couverture plus efficace que celle du Wi-Fi dans certains logements et le fait que beaucoup d’appareils de la vie courante sont équipés d’une prise Ethernet (téléviseurs, consoles, ordinateurs de bureau, etc.) alors que le Wi-Fi est moins courant.