Accueil » Actualité » De la MLC sur 4 bits : doubler la capacité des SSD

De la MLC sur 4 bits : doubler la capacité des SSD

Image 1 : De la MLC sur 4 bits : doubler la capacité des SSDSandisk vient de présenter une nouvelle génération de mémoire flash NAND MLC, qui permet de stocker 4 bits par cellule contre 2 bits sur les mémoires classiques. Cette technologie devrait permettre d’augmenter la capacité de stockage des périphériques à base de mémoire flash sans modifier le volume physique.

MLC 4 bits, le X4

Selon Sandisk, qui va graver des puces de ce type en 43 nm (technologie Toshiba), un des principaux défauts de la MLC 4 bits a été corrigé : le taux de transfert en écriture est correct. Le problème vient de la gestion des différents états : une puce SLC (1 bit) ne nécessite que deux états (1 ou 0) alors qu’une puce MLC classique passe à 4 (00, 01, 10 et 11) et qu’une puce MLC 4 bits nécessite la gestion de 16 états. Sandisk indique obtenir environ 8 Mo/s en écriture sur ses puces de 64 gigabits (8 Go), ce qui est comparable à de la MLC 2 bits et devrait permettre d’obtenir des performances correctes en plaçant les puces en parallèle. La clé de la MLC 4 bits vient du contrôleur, selon Sandisk. La société a développé une puce qui permet de gérer correctement tous les états tout en effectuant de la correction d’erreur. Reste un problème dont Sandisk ne parle pas : la durée de vie. Vu le fonctionnement de ce type de mémoire, elle est nettement plus faible (a priori) que celle de la MLC 2 bits et a fortiori de la SLC. Dans la pratique, la MLC 4 bits devrait d’abord être utilisé dans des applications de stockage comme les cartes mémoire ou les baladeurs, les SSD ayant des contraintes de durée de vie et de vitesse qui rendent l’usage de la MLC 4 bits peu intéressant.