Accueil » Actualité » De la pseudo SLC dans les cartes SD de Adata ?

De la pseudo SLC dans les cartes SD de Adata ?

ADATA, avec sa gamme de cartes SD XPG, a présenté récemment des cartes hors normes : rapides en lecture (95 Mo/s), les cartes sont aussi très rapides en écriture, avec 85 Mo/s. Pour une carte SD de 64 Go vendue environ 130 $, c’est assez étonnant : les cartes SD offrant ce niveau de performances sont souvent nettement plus onéreuses.

Image 1 : De la pseudo SLC dans les cartes SD de Adata ?ADATA XPG

Selon Semi Accurate, la raison est simple : ADATA utilise une technologie déjà vue dans certains SSD pour augmenter les performances, en utilisant de la mémoire MLC comme de la pseudo mémoire SLC. En interne, la carte mémoire contient donc 128 Go de mémoire MLC, mais le contrôleur ne programme que deux tensions (au lieu de 4 dans une mémoire MLC) dans la puce pour chaque bit, ce qui accélère fortement la majorité des opérations. Le point intéressant de cette solution, c’est qu’utiliser une puce de 128 Go de mémoire MLC milieu de gamme (sûrement la même que celle utilisée dans la gamme Premiere Pro) comme une puce de 64 Go de mémoire « SLC » est moins coûteux que d’utiliser une vraie puce de mémoire SLC pour des performances équivalentes.

Dans le monde des SSD, Sandisk utilise une technologie de ce type comme mémoire cache dans certains modèles à base de MLC, tout comme Samsung dans sa gamme 840 EVO (avec de la mémoire TLC). Toshiba et OCZ utilisent aussi une technologie similaire, mais en utilisant d’abord la partie « rapide » de la mémoire, avant de passer sur la partie lente quand la mémoire est utilisée entièrement.

Il faudra bien entendu vérifier que cette solution n’a pas un impact sur la durée de vie, même si ce n’est pas spécialement gênant dans le cas d’une carte mémoire. À noter, enfin, que la carte est USH-1 U3, ce qui indique une interface capable d’atteindre 104 Mo/s et un débit minimal en écriture séquentielle de 30 Mo/s. D’autres constructeurs proposent déjà des cartes à la norme UHS-2 (312 Mo/s) et on peut supposer qu’ADATA y passera aussi dans le futur.