Accueil » Actualité » De la RAM qui n’est pas volatile

De la RAM qui n’est pas volatile

Image 1 : De la RAM qui n'est pas volatile

Un des problèmes historiques de la mémoire RAM, c’est qu’elle est volatile. Le fonctionnement de base de la mémoire implique en effet qu’elle doit être alimentée pour garder les données. Si dans un ordinateur classique ce n’est pas un réel problème, dans le sens où les données sont rarement critiques et qu’une coupure de courant — si ennuyante soit-elle — ne va pas faire perdre des millions, c’est plus gênant dans les serveurs. Actuellement, on travaille avec des onduleurs et des batteries permettant de garder la mémoire sous tension, mais il existe d’autres solutions.

L’une d’elles est la NVDIMM. Cette technologie couple en fait de la mémoire RAM classique (ici de la DDR3-1333) avec de la mémoire flash. L’idée de la société SMART est de sauvegarder — en cas de coupure de courant — les données dans la mémoire flash. Les barrettes offrent une capacité de 1 à 4 Go et la société indique un temps de sauvegarde de 10 s par Go, ce qui est rendu possible par l’intégration d’un « SuperCap » sur le PCB. Ce type de condensateurs, déjà utilisé dans les SSD SandForce professionnels, permet d’alimenter la RAM et la mémoire flash le temps de la sauvegarde. L’intérêt est évident : les données ne sont pas perdues en cas de coupure de courant. Des fonctions permettant de vérifier l’intégrité des données sont bien évidemment de la partie mais SMART ne parle pas de chiffrement des données, ce qui est un problème.

Des barrettes destinées aux serveurs 1 U (en low profile, donc) de 1 à 4 Go sont disponibles et des barrettes de 8 Go dans un format plus standard sont attendues durant le second trimestre 2011. La technologie, réservée actuellement aux serveurs, pourrait être utilisée dans les PC portables pour remplacer le classique fichier d’hibernation qui — s’il est efficace — peut nécessiter une capacité non négligeable du périphérique de stocjage, surtout pour les utilisateurs de SSD.