Accueil » Actualité » Défaillance de HP sur le marché français

Défaillance de HP sur le marché français

Nous vous l’annoncions récemment, le marché de l’informatique mondial progresse énormément et le marché français n’est pas en reste, avec +17% au cours du troisième trimestre 2005.

Acer se taille la part du lion

Selon une étude de l’IDC, qui vient de publier des chiffres provisoires, on observe une chute du constructeur HP qui perd près de 5 points tandis que ses concurrents progressent ou se maintiennent au niveau de l’an dernier. Acer réalise toutefois une incroyable progression en vendant 73 % de machines supplémentaire, et pourrait bien squatter la première place du podium sous peu.

Le marché est boosté par les portables

En ce qui concerne le marché de l’informatique en France, la progression est essentiellement due aux ventes d’ordinateurs portables, en croissance de 29%, notamment sur le marché grand public et des petites entreprises. Une tendance tend à se généraliser : les offres d’entrée de gammes permettent désormais de s’équiper d’un second micro à la maison, en complément d’un poste de travail (PC de bureau), boostant ainsi la croissance, qui est près de trois fois supérieure au marché professionnel, qui reste quand même très actif (+ 45% contre + 18%).

Selon l’IDC, si le marché de volume connaît une forte progression, le marché en valeur reste stable, quant à lui, notamment à cause de la forte baisse de prix : « Les distributeurs augmentent leur volumétrie sans pour autant accroître significativement leur chiffre d’affaires en raison de la baisse continue des prix. La part de marché des constructeurs asiatiques, de plus en plus importante, devrait également accentuer la pression à la baisse sur les prix ».

HP : une image en baisse ?

Pour ce qui est du cas de HP, seul grand constructeur à régresser de manière caractéristique, on peut légitimement se poser la question de savoir si le grand public boycotte volontairement le constructeur suite aux annonces récentes de licenciements massifs (1240 licenciements en France, 14500 en Europe) dans une période d’opulence caractérisée. En tout étât de cause, la baisse des ventes est significative pour le constructeur qui se doit de réagir face à des concurrents aux ambitions dévorantes.