Accueil » Actualité » Dell produit et profite sans délocaliser

Dell produit et profite sans délocaliser

Michael Dell, pdg et fondateur du groupe informatique américain Dell, annonce que son entreprise devrait connaître en 2005 une croissance supérieure à celle du marché des PC. "Les estimations (de croissance du marché mondial des PC) est dans la fourchette de 10%. Nous nous attendons à croître un peu plus vite que le marché". Pourquoi un tel optimisme ? En premier lieu parce que la stratégie d’IBM devrait profiter à Dell selon Michael Dell. La vente par IBM de sa branche PC au groupe chinois Lenovo augmente l’activité de Dell, par principe de vases communicants. "La réaction jusqu'à présent semble être celle d'une augmentation de nos clients, qui étaient auparavant des clients" d'IBM. "Nos marges d'exploitation ont évolué généralement entre la stabilité et une légère amélioration", a-t-il également indiqué. "Je pense que nos marges seront saines" en 2005, a aussi relevé Michael Dell.

Sur le plan des délocalisations, Michael Dell a indiqué que la stratégie de son entreprise consistant à fabriquer les ordinateurs dans des centres proches de ses clients était payante jusqu'à présent. "La plupart de notre production est régionalisée. Pour l'Europe, toute la production est réalisée en Irlande et, aux Etats-Unis, en Caroline du Nord, dans le Tennessee par exemple, ou au Texas. Et en Asie, nous produisons en Asie", déclare Michael Dell. "Nous avons une communication directe avec le client, nous avons la rapidité. Nous sommes le fabricant d'ordinateurs le plus rentable de la planète sur le segment des petits ordinateurs, donc, apparemment, nous avons trouvé la manière de fabriquer ces choses en faisant un bénéfice".

Coup de communication ou pas, ces déclarations effectuées en marge du sommet de Davos donnent au fabricant américain une image de performance et d’éthique des plus appréciables dans un contexte économique et social qui provoque l’inquiétude.