Accueil » Actualité » Des allergies au Wi-Fi ?

Des allergies au Wi-Fi ?

Image 1 : Des allergies au Wi-Fi ?Des habitants de la ville de Santa Fe protestent contre l’installation de bornes Wi-Fi et se plaignent d’allergies causées par le réseau sans fil.

Les technophobes

Voici une actualité pour bien commencer la semaine (au moment où j’écris ces lignes, il est toujours lundi chez votre humble serviteur). À l’heure où l’on parle de plus en plus de bornes Wi-Fi et de la démocratisation du WiMAX, on oublie trop souvent un paramètre qui pourrait freiner la propagation de l’Internet sans fil : la technophobie.

C’est ce qui semble se passer à Santa Fe alors que des habitants affirment souffrir de douleurs à la poitrine ou de maux de tête, en raison des champs électriques émis par les bornes Wi-Fi. Ces personnes, qui se sont regroupées en collectif, estiment que la ville ne tient pas compte de leurs problèmes et invoquent l’Americans with Disabilities Act, la loi protégeant, entre autres, les handicapés contre la discrimination. Ils demandent le retrait immédiat des bornes Wi-Fi dans les bâtiments publics par exemple.

Frein à la technologie ?

Les responsables de la ville y sont clairement opposés, mais ce débat est intéressant, car il pose la question de savoir où et comment le progrès doit être apporté aux particuliers et comment les nouvelles technologies vont résister aux technophobes, qui, dans la ville de Santa Fe, compte déjà porter plainte.

À titre d’information, les ondes utilisées pour un réseau Wi-Fi sont 100 000 fois moins importantes que celles d’un micro-ondes, et il faut être assis près d’un hotspot Wi-Fi pendant un an pour recevoir la même dose d’onde qu’une conversation de 20 minutes avec un téléphone portable. Il n’y a en tout cas aucune étude qui prouve que le Wi-Fi constitue un risque pour la santé. Les professionnels déconseillent néanmoins aux enfants d’avoir une longue conversation téléphonique avec un portable et de poser leur ordinateur portable sur les genoux.

La question reste maintenant de savoir si ces technophobes peuvent réellement ralentir la démocratisation de l’Internet sans fil. Ont-il une chance selon vous ?