Accueil » Actualité » Des chercheurs créent un SSD hybride avec de la ReRAM

Des chercheurs créent un SSD hybride avec de la ReRAM

Image 1 : Des chercheurs créent un SSD hybride avec de la ReRAM

Des chercheurs japonais ont eu une idée intéressante : comme les architectures hybrides qui couplent un disque dur classique et un SSD comme mémoire cache sont efficaces — le Momentus XT de Seagate est un bon exemple —, pourquoi ne pas appliquer cette solution à un SSD ? Ça a été fait, avec un SSD de 256 Go intégrant 1 Go de mémoire ReRAM comme cache.

La ReRAM (Resistive RAM) est une mémoire qui allie les performances de la RAM classique avec la persistance de la mémoire flash. Son défaut actuel, comme souvent, est son prix, ce qui explique l’usage d’une capacité de seulement 1 Go.

Il y a plusieurs avantages à ce cache persistant. Premièrement, il permet d’éviter l’usure de la mémoire flash : les données à écrire sont d’abord rassemblées dans la mémoire cache avant d’être écrites sur la mémoire flash elle-même en une seule passe. Utiliser de la mémoire persistante contrairement à un cache en mémoire RAM classique permet d’améliorer l’efficacité : le système ne doit pas craindre les coupures de courant, par exemple. Deuxièmement, la ReRAM consomme peu, ce qui augmente l’efficacité énergétique. Enfin, les données récemment accédées sont stockées dans la mémoire cacher directement, ce qui permet d’augmenter les performances en lecture (cas d’un cache classique) et en écriture sur ces dernières : comme la ReRAM est persistante, il n’y a pas besoin de répliquer les données dans la mémoire flash.

Selon les chercheurs, les gains en écritures sont élevés, essentiellement sur les petits fichiers : comme les données sont « préparées » avant l’écriture d’un bloc, il n’y a pas de pertes au niveau de la latence, alors qu’il est fréquent sur certains SSD d’écrire une page de 16 ko (par exemple) pour seulement 4 ko de données utiles.

Le second point intéressant vient de la durée de vie et de la consommation. En intégrant la mémoire cache directement sur la mémoire flash (en empilant avec une technologie de type TSV), le gain en consommation serait de 93 % et la durée de vie serait 6,9 x plus grande, grâce à la diminution de l’amplification des écritures.

Reste à vérifier le prix et surtout si les gains se concrétisent dans une implémentation commerciale.