Accueil » Actualité » Des chercheurs créent un SSD magnétique qui chante

Des chercheurs créent un SSD magnétique qui chante

Image 1 : Des chercheurs créent un SSD magnétique qui chanteUne représentation de la Racetrack d’IBMDes chercheurs de l’université de Sheffield en Angleterre ont publié un papier dans la revue Applied Physics montrant que certaines ondes sonores permettent d’augmenter les débits d’une mémoire en utilisant très peu de puissance. Ils se sont inspirés de la mémoire Racetrack d’IBM (cf. « Des mémoires Racetrack et des puces en graphène par IBM ») considérée comme un SSD magnétique.

Faire chanter sa mémoire pour mieux la déplacer

Ils commencent par expliquer que la mémoire magnétique d’un disque dur a une durée de vie intéressante, mais qu’elle reste lente tandis qu’une mémoire flash est rapide, mais perd ses données trop rapidement. Ils se sont donc tournés vers la Racetrack pour combiner les avantages des deux solutions de stockage. Pour rappel, cette mémoire conçue par IBM est un support magnétique, mais il ne dispose pas de mécanisme amovible allant chercher les données. Dans la Racetrack, c’est la donnée elle-même qui se déplace à l’aide d’un champ magnétique ou d’un courant électrique sur une piste qui mesure une dizaine de nanomètres d’épaisseur. Le problème est que l’ensemble est difficile à fabriquer et à contrôler.

Les universitaires montrent qu’ils peuvent déplacer un bit de données sur la piste en utilisant des ondes sonores, plus précisément des ondes acoustiques de surface, qui vont parcourir le matériau sur laquelle repose la piste qui est en fait un fil composé d’un alliage de nickel et fer. Ils expliquent aussi qu’il est possible de contrôler la direction dans laquelle le bit magnétique se déplace en changeant la hauteur de l’onde sonore, c’est-à-dire sa fréquence. Cette solution demande bien moins d’énergie et réduit les dégagements de chaleur. L’ensemble reste néanmoins très expérimental puisque l’on ne s’attend pas à une commercialisation de la Racetrack classique avant au moins cinq ans de plus (cf. « La mémoire IBM Racetrack pourrait être une réalité en 2020 »).