Accueil » Actualité » Des MEMS pour prévenir le glaucome

Des MEMS pour prévenir le glaucome

Image 1 : Des MEMS pour prévenir le glaucomeSTMicroelectronics vient de développer un MEMS, agissant comme un transducteur et envoyant, grâce à son antenne, des informations permettant de mieux diagnostiquer les patients atteints de glaucome.

Une maladie connue et répandue

Le glaucome est la seconde cause de cécité dans le monde. Pour faire simple, il s’agit d’une maladie qui se manifeste généralement lorsqu’une hausse de la pression intraoculaire endommage le nerf optique de façon permanente.

Généralement, la pression intraoculaire est mesurée à l’aide d’un tonomètre lors d’une visite chez son ophtalmologue. Or en pratique, un spécialiste peut manquer de détecter les symptômes, la pression variant au cours de la journée et les pics étant souvent atteints durant le sommeil ou en dehors des heures d’ouverture des cabinets. La conséquence directe est que la maladie n’est diagnostiquée qu’une fois le nerf optique endommagé.

Image 2 : Des MEMS pour prévenir le glaucomeLa technologie au service des patients

Sensimed AG, une firme suisse spécialisée dans les produits médicaux, a donc conçu une lentille de contact, nommée Triggerfish (balistes en français), intégrant la puce de STMicroelectronics. Le MEMS est utilisé pour déterminer la pression et son antenne intégrée permet d’envoyer les données à un récepteur que le patient porte autour du cou. La puce est alimentée à l’aide des ondes radio et ne demande donc pas de batterie.

Le tout est dessiné de telle façon que l’électronique ne rentre pas dans le champ de vision du sujet. Installée par l’ophtalmologue, la lentille de contact est portée pendant 24 heures avant d’être retirée par le spécialiste qui dispose de beaucoup plus d’informations que lors d’une visite classique. Un meilleur diagnostic permet de mieux traiter et contrôler la progression de cette maladie incurable.

Commercialisation de masse en 2010 et 2011

Triggerfish est déjà disponible dans certains établissements comme l’hôpital universitaire de Genève. Toujours en phase expérimentale, les chercheurs de STMicroelectronics travaillent maintenant sur un modèle pouvant être produit en masse d’ici le troisième trimestre de cette année pour une entrée sur les marchés européens cette année et une arrivée américaine fin 2011.

Image 3 : Des MEMS pour prévenir le glaucome