Accueil » Actualité » Des routeurs qui utilisent des « apps »

Des routeurs qui utilisent des « apps »

Image 1 : Des routeurs qui utilisent des « apps »

Belkin vient d’annoncer quatre nouveaux routeurs Wi-Fi n qui ont la grande particularité de reposer sur des applications censées faciliter la vie de l’utilisateur, il s’agit des Surf, Share, Play et Play Max.

Caractéristiques classiques mais des prix un peu chers

Tous les routeurs gèrent le 2,4 GHz, le MIMO et le WPA2 256 bits. Le Surf est relativement basique et il est attendu à 50 $. Le Share offre seulement un port USB en plus et est facturée 80 $, ce qui nous semble un peu démesuré. Le Play ajoute le Dual Band et le 5 GHz pour 99 $ tandis que le Play Max dispose de ports Gigabit, d’un second port USB et de toutes les applications disponibles, le tout pour 130 $. Belkin affirme qu’ils seront disponibles en Europe au mois de mai et si les prix ne sont pas encore connus, on pense qu’ils devraient être identiques à ceux en dollars.

Les applications

Le système d’application mis en place par Belkin aurait pu être intéressant, mais il n’est au final qu’un outil marketing pour mettre en avant des fonctions qui existent depuis toujours dans les routeurs.

On trouve ainsi un assistant de connexion qui détecte et répare les problèmes réseau, un « logiciel » qui connecte l’imprimante au réseau, ou un programme réalisant des backups automatiques sur les disques durs externes connectés. Il y a enfin une application pour partager ses musiques sur le réseau et avec sa Xbox 360 ou sa PS3 et un client BitTorrent pour continuer à télécharger même si l’ordinateur est déconnecté.

Une idée intéressante mal exploitée

Selon nous, l’idée pourrait être intéressante si elle facilitait la vie des développeurs pour les motiver à créer des modules optimisant facilement le routeur sans avoir besoin de flasher le firmware et risquer sa garantie. Ce serait un moyen d’ouvrir le système et permettre aux passionnés de pousser les performances de leur réseau.

Néanmoins, au final, c’est beaucoup de bruit pour rien. Le fait qu’il y ait cinq déclinaisons de routeurs différentes et que chacune gère une série d’application est en plus déroutant. Il aurait été préférable d’avoir un routeur bon marché et une boutique en ligne permettant d’acheter les fonctionnalités que l’on désire afin de personnaliser son routeur avec les programmes que l’on va réellement utiliser, réduisant la facture finale tout en offrant un modèle économique différent et viable.

En l’espèce, Play Max gère toutes les fonctionnalités, Play prend en charge le multimédia, l’imprimante, le stockage, le partage de musique, mais pas le client BitTorrent et le module assignant des priorités à certains programmes, Share se limite aux trois premiers et Surf ne dispose que de l’application configurant le réseau.