Accueil » Actualité » Droits d’auteur : Kazaa transige

Droits d’auteur : Kazaa transige

Dans la grande bataille juridique liée au respect des droits de propriété intellectuelle et industrielle, la NMPA (National Music Publishers’ Association) est parvenue à un accord le 30 octobre avec Sharman Networks, propriétaire de la marque Kazaa.

Transaction amiable : un modus vivendi

Le 27 juillet dernier, Nikki Hemming, Chief Executive Officer de Sharman Networks avait signé un accord avec la RIAA (Recording Industry Association of America)et l’IFPI (International Federation of the Phonographic Industry) pour mettre fin à une longue bataille juridique débutée en Australie. C’était un accord historique car si Kazaa ne représente plus qu’une petite portion du téléchargement en peer-to-peer, elle reste un symbole vivant du phénomène de partage en ligne.

Aux termes de cet accord, Sharman Networks avait accepté de verser 115 millions de dollars et d’installer une technologie de filtrage pour éviter le partage de fichiers protégés.

NMPA et Kazaa : chronique d’une mort annoncée

Aux termes de ce nouvel accord avec la NMPA, Sharman Networks s’engage à verser de nouveaux dédommagements dont le montant reste inconnu tant que la transaction n’aura pas été validée par le Conseil d’administration de l’association.

Mais on retiendra que la NMPA enfonce un peu plus Kazaa qui n’est plus que l’ombre du logiciel qu’il était à sa belle époque avec 4,3 millions d’utilisateurs simultanés. Aujourd’hui, Kazaa n’est plus le logiciel de téléchargement en ligne préféré des consommateurs de musique et de cinéma.

Avec cette action, la NMPA porte davantage une atteinte au symbole que revêt Kazaa qu’à son portefeuille déjà réduit. Et il ne résoud pas les questions de téléchargement avec les logiciels comme eMule, Darknet ou Freenet.