Accueil » Actualité » Du graphène et de l’eau comme transistor

Du graphène et de l’eau comme transistor

Image 1 : Du graphène et de l’eau comme transistor

Des chercheurs de l’institut polytechnique de Rensselaer aux États-Unis ont développé un transistor à base de graphène et utilisant de l’eau pour modifier sa conductivité.

De la difficulté à fabriquer un transistor avec du graphène

Le principe d’un transistor est simple. Suivant si l’on désire envoyer un 1 ou un 0, le courant passe ou pas. Les transistors au graphène utilisent exactement le même procédé, mais le changement de conductivité est plus compliqué qu’avec un transistor classique utilisant du silicium. En effet, le graphène étant naturellement conducteur, les scientifiques utilisent une combinaison de gaz pour perturber ses propriétés. Le problème est que cette solution coûte cher et demande des agents toxiques.

L’eau comme élément surprenant

Les ingénieurs ont néanmoins montré qu’en introduisant des molécules d’eau contre une couche de graphène placée sur un film de silicium et dioxyde de silicium, on pouvait obtenir le même résultat sans ces inconvénients. L’eau touche seulement une partie de la feuille de carbone, la partie faisant face au dioxyde de silicium restant sèche. Cela a pour effet de casser la symétrie du graphène qui perd alors ses propriétés électriques. Il suffit de retirer l’eau pour que le matériau retrouve son état d’origine.

Cette découverte est importante, car elle permet de plus facilement envisager l’utilisation de graphène dans nos ordinateurs. Néanmoins, dans les faits, le système tel qu’il est démontré reste complexe et peu pratique et nous sommes encore très loin d’une utilisation de masse. On ne doute pas néanmoins que les chercheurs continuent d’explorer les possibilités de ce matériau prometteur. Les recherches ont été financées, entre autres, par le département américain de l’énergie et ont été publiées dans la revue Small.