Accueil » Test » Dying Light : les performances » Page 2

Dying Light : les performances

1 : Introduction 3 : 720p et 1080p 4 : 1440p, 4K et performances CPU 5 : Conclusion

Qualité d’image, réglages et configuration de test

Dying Light profite du Chrome Engine 6, dernier moteur graphique en date chez Techland. Celui-ci comporte plusieurs améliorations par rapport au Chrome Engine 5, parmi lesquelles de nouvelles conditions atmosphériques, éclairage indirect par harmoniques sphériques, dispersion atmosphérique. Le titre ressemble bien à un survival horror et se joue comme tel, ce qui lui permet de sortir du lot bien que ce créneau soit déjà saturé. Premier titre à utiliser le Chrome Engine 6, Dying Light s’avère également être un très bon ambassadeur quant au potentiel technologique de ce nouveau moteur.

Du côté des paysages, on distingue clairement deux cartes : les bas-fonds et une zone économiquement plus privilégiée avec des bâtiments plus imposants. A nos yeux, Techland a fait du bon travail avec ces deux environnements, lesquels sont à la fois beaux et effrayants que ce soit de jour ou de nuit.

Il nous a fallu un peu de temps avant de pouvoir finaliser notre propre benchmark. Nous avons retenu une zone qui demande de courir une certaine distance depuis la base de départ, puisqu’il n’y a pas de déplacement rapide. La séquence commence devant une école abandonnée et se poursuit avec un pont, sur lequel se trouve une voiture en flammes. Cet élément provoque une chute de performances tout en montrant ce dont le moteur est capable au niveau des effets de feu.

En termes de réglages, nous avons testé le jeu avec les profils bas, medium et très élevé. Le profil élevé a été écarté au motif qu’il ressemble très fortement au réglage très élevé. Précisons par ailleurs que nous avons désactivé les préréglages spécifiques aux GeForce afin de ne pas induire de biais.

Configuration du test

Comme d’habitude, le but est de tester les performances du jeu avec un large éventail de cartes, de la Radeon HD 6450 jusqu’aux GeForce GTX 980 et Radeon R9 295X2 (bi-GPU). Nous avons également essayé de conduire les tests avec une paire de GTX 970 et un duo de GTX 980 en SLI, mais la technologie multi-GPU de NVIDIA est pour le moins exigeante : vu que nos cartes ne sont pas identiques, impossible d’activer le SLI.

Outre un grand nombre de cartes graphiques, les benchmarks ont été exécutés à différentes définitions : nous avons commencé en 1280×720 pour terminer en 3840×2160. Pour mémoire, la 4K équivaut à quatre moniteurs 1080p en termes de pixels. Fort heureusement, les écrans Ultra HD se démocratisent petit à petit grâce à l’arrivée de modèles à 500 € ou moins comme l’Asus PB287Q0.

Image 1 : Dying Light : les performances

Ce moniteur de 28 pouces est capable d’atteindre une définition de 3840×2160 à 60 Hz avec un câble DisplayPort 1.2.


Configuration de test
CPU
Intel Core i7-3960X (Sandy Bridge-E), 3,3 GHz, six cores, LGA 2011, 15 Mo de cache L3 partagés, Hyper-Threading activé.
Carte mère
ASRock X79 Extreme9 (LGA 2011) chipset Intel X79 Express
Réseau
Contrôleur LAN Gigabit intégré
DRAM
Corsair Vengeance LP PC3-16000, 4 x 4 Go, 1600 MT/s, CL 8-8-8-24-2T
Graphics
GeForce GT 730 512 Mo GDDR5
GeForce GTX 650 2 Go GDDR5
GeForce GTX 750 Ti 2 Go GDDR5
GeForce GTX 660 2 Go GDDR5
GeForce GTX 760 2 Go GDDR5
GeForce GTX 970 4 Go GDDR5
GeForce GTX 980 4 Go GDDR5

Radeon HD 6450 512 Mo GDDR5
Radeon R7 240 1 Go DDR3
Radeon R7 250X 1 Go GDDR5
Radeon R7 260X 1 Go GDDR5
Radeon R9 270 2 Go GDDR5
Radeon R9 285 3 Go GDDR5
Radeon R9 290X 4 Go GDDR5
Radeon R9 295X2 8 Go GDDR5
Stockage
Samsung 840 Pro, SSD 256 Go, SATA 6Gb/s
Alimentation
XFX PRO 850W, ATX12V, EPS12V
Logiciels et pilotes
OS
Microsoft Windows 8 Pro 64bits
DirectX
Version 11
Graphiques
AMD Catalyst 14.12 Omega, NVIDIA GeForce 347.25 WHQL
Benchmarks
Dying Light
Benchmark THW, 40 secondes sous FRAPS

Sommaire :

  1. Introduction
  2. Qualité d’image, réglages et configuration de test
  3. 720p et 1080p
  4. 1440p, 4K et performances CPU
  5. Conclusion