Accueil » Actualité » ESWC : le bilan des tournois

ESWC : le bilan des tournois

Après avoir investi, pendant 5 jours durant, le Carrousel du Louvre, les meilleurs joueurs du monde commencent à ranger leur matériel après avoir mis un terme à l’un des évènements les plus importants dans le monde du sport électronique. Nous en faisions la présentation en début de semaine (cf. cette actualité) et il faut dire que l’ESWC aura tenu toutes ses promesses à travers une administration hors-pair et un spectacle grandiose.

Maintenant, faisons un petit tour des différents tournois pour découvrir les nouveaux champions du monde et aussi suivre la performance de nos joueurs tricolores.

Counter-Strike 1.6

Counter-Strike 1.6 fût la discipline électronique la plus représentée lors cette compétition et cette dernière aura crée son lot de surprises. Si l’on attendait par exemple l’équipe allemande des mousesports au tournant, malheureusement, ces derniers n’ont même pas atteint la finale et ce sont les danois de Sk.DK qui ont affronté les américains de coL en grande finale de ce tournoi. Des danois qui reviennent de nulle part et que l’on croyait éteints après une série de mauvais résultats et une explosion partielle de leur formation. À noter également qu’une majorité des joueurs de l’équipe SK.DK est issue de la formation qui a remporté la coupe en 2004 : les Titans. Jusqu’à présent, les américains étaient relativement peu connus et n’avaient jamais remporté de tournoi international. Au terme d’un match tendu avec une remontée impressionnante des danois, ce sont les américains qui, à l’instar de leurs collègues du tournoi féminin, ramènent la coupe outre-Atlantique avec un très gros chèque de 40.000 dollars. Les SK, quant à eux, devront se contenter de 26.000 dollars, ce qui n’est pas si mal.

Du côté des français, si les deux équipes qualifiées avaient brillamment passé la première phase de poules, malheureusement le tirage au sort a mal fait les choses puisque les équipes de GoodGame et de Hostile se sont retrouvées dans la même poule au second tour. Seuls les GG ont réussi à passer en phase finales mais ces derniers ont buté sur les américains en quarts de finale et repartent donc à la maison les mains vides après un brillant début de tournoi. Ce n’est donc que partie remise pour l’année prochaine.

Counter-Strike 1.6 filles

Bien sûr que les filles jouent à Counter-Strike ! Et il faut avouer qu’elles nous ont proposé du très beau spectacle bien qu’elles soient moins représentées que la gente masculine. En retransmission sur écran géant dans la grande salle du Carroussel du Louvre, la finale opposait l’Amérique du Nord avec l’équipe Girls Got Game contre les brésiliennes de l’équipe Ladies.AMD. Les brésiliennes étaient déjà présentes en finale l’année précédente mais avaient malheureusement fini à la seconde place du podium et étaient donc revenues pour enfin remporter le titre tant convoité. Mais c’était sans compter sur les américaines qui ont mené un jeu parfait et qui remportent donc logiquement le titre de championnes du monde de la discipline.

Du côté de nos petites françaises, les 2L Angels ne parviennent malheureusement pas à passer la première poule alors que les Beat off The Best réussissent un parcours impressionnant en terminant quatrièmes de la compétition, le meilleur résultat français à Counter-Strike d’ailleurs. L’équipe était toute proche de la troisième place mais reste au pied du podium à cause de la défaite lors d’un match serré dans la petite finale.

Unreal Tournament 2004

Tout le monde connaît bien entendu Unreal Tournament 2004, des studios Epic Games, et le jeu aura lui aussi fourni un très beau spectacle. La finale à vu se retrouver deux membres de la même équipe aAa qui ne sont autres que le français WinZ et l’autrichien Falcon. Les deux joueurs se connaissent bien et c’est finalement la France qui remporte le titre de championne du monde de Unreal Tournament 2004 avec un chèque de 6000 dollars à la clé.

Gran Turismo 4

Le célèbre jeu de simulation automobile sur console rencontre un franc succès lui aussi et se voit attribuer une compétition en coupe du monde des jeux vidéo. Là aussi, c’est un bilan plus que positif pour nos joueurs nationaux puisque ce sont trois frères – Snake, Carter et Lucky – qui se placent aux trois premières places du tournoi empochant par la même occasion un pactole cumulé de 11.000 dollars, de quoi passer de très bonnes vacances en famille.

Quake 3 Arena

A l’instar de Counter-Strike, Quake 3 Arena est un jeu qui commence à dater mais qui suscite toujours le même intérêt auprès de la communauté des gamers. La finale a été l’une des plus intenses de l’ESWC et opposait le russe Cooller à l’américain Czm. Rappelons que ces deux joueurs font partie de l’élite mondiale et s’affrontent donc régulièrement depuis plus de trois ans pour tenter, à chaque fois, de se départager. Au terme d’un match des plus serrés que l’américain avait pris en main au départ, c’est finalement la Russie qui remporte le titre et le cash-prize qui va bien entendu avec.

Du côté des français, StGermain ne parvient malheureusement pas à passer la seconde phase de poules et Whylf chute dès le premier tour.

Warcraft 3

Discipline toute autre qui abandonne le monde des FPS (First Person Shooter) pour celui du jeu de stratégie. Ne croyez pas qu’il s’agit d’un jeu plus lent loin de là puisqu’il suffit de regarder les mains des joueurs coréens pour s’en convaincre. Le nombre d’actions à la minute est impressionnant et les raccourcis sont maitrisés à la perfection. Mais finalement, l’Asie de ne sera pas représentée en finale et c’est encore une fois la Russie qui est présente avec le célèbre Deadman face au hollandais Grubby. Au terme d’un match intense c’est finalement Grubby qui se voit décerner le tant convoité titre de champion du monde Warcraft 3.

Chez les français, les trois joueurs de l’équipe GoodGame passent avec succès le premier tour mais ont le malheur de se retrouver dans la même poule au second tour. Seul Wolf parviendra à accéder aux phases finales avant de tomber en quarts de finale contre le chinois Sky.

Pro Evolution Soccer 4

Terminons enfin avec la seconde et dernière simulation sportive sur console qui n’est autre que le très médiatisé jeu de football : Pro Evolution Soccer 4. Le champion en titre n’était autre que notre SamSam national mais, malheureusement, celui-ci n’a pas été en mesure de conserver son titre et c’est donc le martiniquais Mike qui a rencontré le saoudien ArabianJoker en finale du tournoi. Et c’est finalement ce dernier qui va ramener la coupe dans ses valises.

Bilan

Au final, on pourra dire que l’ESWC prend une forme très professionnelle qui en met plein la vue des spectateurs qui se sont rendus au Carrousel du Louvre. Les moyens mis en place sont impressionnants et la grande scène installée pour l’occasion avec plus de 1200 places donne une dimension particulière aux matchs de tournoi. Le public peut voir les écrans de chacun des joueurs et réagit à chaque action importante dans un match. Les moments forts sont également projetés sur l’écran géant situé à l’arrière des joueurs avec les commentaires de professionnels du jeu vidéo. On a également apprécié la bonne performance des français qui remportent 2 des 7 coupes et une très belle quatrième place des filles à Counter-Strike.

Source : team-aaa.com

Lors de la remise des coupes aux grandes gagnantes du tournoi Counter-Strike filles, le président de la région Ile de France, Jean Paul Huchon, a annoncé son désir de faire du sport électronique une discipline reconnue aux jeux olympiques dans un avenir proche. Il adressera prochainement une lettre au président du CIO pour lui faire part de cette suggestion. Une idée apparemment assez farfelue mais que nous ne manquerons pas de suivre.