Accueil » Actualité » Et finalement que vaut ce Tegra 4i ?

Et finalement que vaut ce Tegra 4i ?

2012 fut l’année de la consécration pour Nvidia : tous les smartphones et tablettes dans le vent avaient adopté son SoC Tegra 3, le premier quadricoeur du marché (techniquement un pentacoeur) épaulé par un processeur graphique puissant. 2013 en revanche fut une traversée du désert : Tegra 3 fut éclipsé par les Snapdragon 600 de Qualcomm et Tegra 4 pris énormément de retard. Surtout ce SoC puissant était trop gourmand pour les smartpphones. Pour eux, Nvidia avait prévu Tegra 4i, une sorte de Tegra 3 survitaminé. Mais lui aussi est arrivé très en retard : il a totalement loupé 2013 et n’est disponible finalement que ce mois-ci, dans un smartphone, le Wax de Wiko.

Voici donc l’occasion de savoir ce que T4i a dans les transistors. Schématiquement T4i est un hybride entre T4 et T3. Côté CPU, c’est toujours un quadricoeur d’architecture Cortex A9 (plus un coeur compagnon utilisé pour les périodes de quasi-veille). T4i profite cependant de la dernière révision de l’architecture pour augmenter légèrement ses performances et pouvoir travailler à des fréquences élevées. Il est aussi aidé en cela par la gravure en 28 nm HPm de TSMC. Dans le Wiko Wax, il peut ainsi atteindre 1,7 GHz.

Image 1 : Et finalement que vaut ce Tegra 4i ?Le Tegra 4i dessiné par Nvidia.

Côté GPU, T4i est un grand pas en avant par rapport au Tegra 3 d’antan, mais reste un cran sous le Tegra 4 complet. Le GPU GeForce ULP possède 60 coeurs à 660 MHz. Sur le Tegra 4, on trouve 72 coeurs à 672 MHz. La bande passante mémoire est également castrée par rapport au Tegra 4, avec un seul contrôleur 32 bit.

Ceci posé que donne ce Tegra 4i en pratique ? Après une première prise en mains d’un prototype lors du MWC, nous avons pu tester plus en détail la version définitive du Wiko Wax.

Le Wax est vendu 200 €. À ce niveau tarifaire, les smartphones concurrents sont souvent équipés d’un SoC MediaTek ou Qualcomm basé sur des coeurs Cortex A7. Le Motorola Moto G est un bon exemple, le HTC One mini 2 également. Le Wax a donc un véritable atout performance à jouer, comme le montre le tableau suivant.

Antutu GFXBench T-Rex offscreen 3Dmark unlimited 3DMark unlimited graphics 3DMark unlimited physics Google Octane v2 Kraken 1.1 Basemark X 1.1 Mobile XPRT
HTC One mini 2 17461 328 4669 4197 7707 1922 15837 4365 105
Wiko Wax 26356 626 9568 9177 11448 3554 11449 8992 174

Le verdict est sans appel : le Wax est entre 1,5 et 2x plus rapide que le One mini 2, l’écart étant maximum dans les tests graphiques. L’utilisation du Wiko Wax au quotidien confirme ces résultats. Il reste fluide et permet de jouer à des titres comme Asphalt 8, Real Racing 3 ou Dead Trigger sans saccades. Le bilan est plus mitigé pour le HTC One mini 2, qui hoquette parfois.

À environ 200 €, on peut également trouver d’anciennes gloires, comme le Samsung Galaxy S3. Mais il est muni d’un SoC Samsung Exynos 4412, une puce composée d’un CPU quadri-Cortex A9 à 1,4 GHz et d’un GPU Mali 400 MP4 qui n’était déjà pas un foudre de guerre à sa sortie. Le S3 obtient ainsi un score de 18 000 environ dans Antutu et 3100 dans 3DMark Unlimited. 

Même si ce n’est sûrement pas le destin que lui avait prévu Nvidia, le Tegra 4i pourrait donc s’avérer un véritable accélérateur des smartphones d’entrée de gamme. Il aurait même sa place dans des modèles plus ambitieux : Tegra 4i délivre des performances comparables aux Qualcomm Snapdragon 600 qui faisaient figure de haut de gamme jusqu’à la fin 2013 ! Prenons par exemple le Samsung Galaxy S4 (la première version non LTE), qui obtient 27 000 points à Antutu et environ 10000 à 3DMark Unlimited. Si Nvidia avait pu lancer Tegra 4i l’année dernière, comme prévu, elle aurait sans doute bouleversé le marché autant que Tegra 3 à son époque. Dommage que la firme jette l’éponge.Image 2 : Et finalement que vaut ce Tegra 4i ?