Accueil » Dossier » Fiabilité des disques durs et SSD : nos données sont-elles en sécurité ?

Fiabilité des disques durs et SSD : nos données sont-elles en sécurité ?

1 : Introduction 2 : Le point sur la fiabilité des disques durs 3 : RAID et sécurité des données 4 : Petit aperçu de la fiabilité des SSD 5 : Études de cas : centres de données 6 : Steadfast Networks : plus de 100 SSD 7 : Softlayer : environ 5000 SSD ! 8 : Fiabilité ou performances ? 9 : Bilan

Conclusion

Image 1 : Fiabilité des disques durs et SSD : nos données sont-elles en sécurité ?Bien entendu, pour les entreprises, la fiabilité ne fait pas tout : les performances ont également une importance majeure. Certains centres de données ont par exemple besoin, pour atteindre un certain niveau de performances, de quatre disques durs SAS à 15 000 tr/min mis en RAID 10. Et quand cela ne suffit pas, il faut changer de serveur, de carte RAID, etc. Si les performances sont plus cruciales que la capacité, il est plus simple et moins cher d’opter pour une configuration à base de SSD. D’autant plus que ce genre de cas, un seul SSD remplace plusieurs disque durs, ce qui divise par autant le taux de panne. Certes, une configuration à un seul SSD n’apporte aucune redondance, mais comme le souligne l’étude du Dr Schroeder, la panne d’un disque dans une grappe RAID augmente la probabilité qu’un autre disque connaisse également une défaillance. Bref, il s’agit dans l’ensemble d’une bonne nouvelle pour les professionnels désireux de passer aux SSD. Comme l’écrit Robin Harris de StorageMojo, « Oubliez le RAID, conservez juste les données en trois exemplaires ». Quant on y réfléchit bien, il n’est pas nécessaire de mettre le prix pour garantir la redondance des données enregistrées sur un SSD : il suffit d’avoir un SSD et des sauvegardes en continu sur plusieurs disques durs. L’idée est d’obtenir de meilleures performances sans faire un trou dans votre portefeuille, et elle n’a rien de neuf : Google le fait depuis des années avec ses serveurs à disques durs ; la nouveauté provient du fait qu’avec les SSD, on obtient des performances en E/S extrêmement élevées en plus de la fiabilité, de la redondance et du prix relativement bas apporté par la réplication de fichiers en cluster de stockage.

Malheureusement, tout cela ne s’applique qu’aux professionnels de l’informatique. Pour les particuliers, notre conseil est le suivant : ne faites pas plus confiance à votre SSD qu’à un disque dur. Un composant électrique reste un composant électrique, qu’il soit en mouvement ou non. Les données que nous a communiquées Softlayer le confirment d’ailleurs : les SSD Intel X25-E de plus grande capacité ont un taux de panne plus élevé que les modèles plus petits, car ils contiennent plus de puces de mémoire. Certes, nous ne possédons pour l’instant aucune information allant au-delà de deux ans, mais pour l’immédiat, mieux vaut prévenir que guérir.

Le plus énervant dans cette histoire provient du fait que nous ne devrions pas à avoir à compiler les données nous-mêmes. Après tout, les fabricants connaissent parfaitement les chiffres de fiabilité de leurs produits : des millions de SSD sortent de leurs usines chaque année (11 millions de SSD ont été produits en 2009 selon IDC) et sont au courant de tous les retours. Si les SSD SLC d’Intel sont effectivement ce qui se fait de mieux, il semblerait que les meilleurs SSD ne valent pas mieux que les meilleurs disques durs. Cela signifie-t-il que les pires SSD sont au même niveau de fiabilité que les pires disques durs ?

Au final, nous ne pouvons qu’inviter Intel, OCZ, Micron, Crucial, Kingston, Corsair, Mushkin, SandForce et Marvell a fournir des informations concrètes sur la fiabilité de leurs produits ou, à tout le moins, à publier la liste de leurs gros clients afin que nous puissions les contacter et procéder à une enquête plus approfondie.

Sommaire :

  1. Introduction
  2. Le point sur la fiabilité des disques durs
  3. RAID et sécurité des données
  4. Petit aperçu de la fiabilité des SSD
  5. Études de cas : centres de données
  6. Steadfast Networks : plus de 100 SSD
  7. Softlayer : environ 5000 SSD !
  8. Fiabilité ou performances ?
  9. Bilan
  10. Conclusion