Accueil » Dossier » Fiabilité des disques durs et SSD : nos données sont-elles en sécurité ? » Page 9

Fiabilité des disques durs et SSD : nos données sont-elles en sécurité ?

1 : Introduction 2 : Le point sur la fiabilité des disques durs 3 : RAID et sécurité des données 4 : Petit aperçu de la fiabilité des SSD 5 : Études de cas : centres de données 6 : Steadfast Networks : plus de 100 SSD 7 : Softlayer : environ 5000 SSD ! 8 : Fiabilité ou performances ? 10 : Conclusion

Bilan

Notre étude porte presque exclusivement sur les taux de panne des SSD fabriqués par Intel, étant donné qu’il s’agit des produits que la plupart des grandes entreprises emploient le plus à l’heure actuelle. La stratégie marketing de la firme semble fonctionner à merveille ; cela ne signifie pas pour autant que les autres marques ne sont pas fiable, juste que les clients font confiance à Intel. Notons toutefois que pour les disques durs, comme le précise l’étude publiée par Google, « il est bien connu qu’il existe une forte corrélation entre les taux de panne et les fabricants, les modèles et les années de fabrication. Nos résultats ne le contredise pas : la plupart des résultats liés à l’âge sont influencés par l’année de fabrication ».

Les expériences relatées par les différents centres de données que nous avons interrogés indiquent que ce constat vaut également pour les SSD.Un représentant nous a ainsi confié que si OCZ proposait des prix intéressants, les Vertex 2 affichaient une fiabilité consternante : il y a deux mois, sa société avait reçu une caisse de 200 Vertex 2 Pro… dont une vingtaine n’on jamais fonctionné.Un autre centre de données nous a également affirmé devoir régulièrement réinitialiser les serveurs équipés d’OCZ Vertex 2.

Qu’est-ce que cela signifie en pratique ?

Résumons ce que nous savons à présent. Voici ce que les deux études précitées nous ont appris sur les disques durs :

  1. Le MTBF n’apporte aucune information pertinente en termes de fiabilité
  2. Le taux de panne annualisé (AFR) est plusieurs fois supérieur à celui annoncé par les fabricants
  3. Les disques durs n’ont pas tendance à tomber en panne la première année : le taux de panne augmente de manière linéaire avec l’âge
  4. La technologie SMART ne constitue pas un système fiable en matière de détection précoce des pannes
  5. Les taux de panne des disques durs « grand public » et « professionnels » sont pour ainsi dire identiques
  6. La panne d’un disque dur dans une grappe augmente la probabilité qu’un autre disque de la même grappe tombe également en panne
  7. La température n’a qu’une incidence négligeable sur le taux de panne

Grâce à Softlayer, nous savons que les quatre premiers points s’appliquent également aux SSD. N’oublions pas que la différence entre disque durs professionnels et grand public réside surtout dans le contrôleur, le firmware et l’interface (SAS contre SATA). En matière de SSD, cette différence se limite surtout au contrôleur et au firmware. Si la qualité de production de la mémoire NAND MLC est identique à celle de la SLC, les SSD professionnels ne sont pas plus fiables que leurs équivalents grand public (n’oublions pas que l’épuisement des cycles d’écriture n’a rien à voir avec les pannes aléatoires).

Sommaire :

  1. Introduction
  2. Le point sur la fiabilité des disques durs
  3. RAID et sécurité des données
  4. Petit aperçu de la fiabilité des SSD
  5. Études de cas : centres de données
  6. Steadfast Networks : plus de 100 SSD
  7. Softlayer : environ 5000 SSD !
  8. Fiabilité ou performances ?
  9. Bilan
  10. Conclusion