Accueil » Actualité » G-SYNC : LA solution que les joueurs attendaient ? » Page 4

G-SYNC : LA solution que les joueurs attendaient ?

1 : Introduction 2 : 3D LightBoost, mémoire embarquée, standards et 4K 3 : Dalles 60 Hz, SLI, Surround et disponibilité 5 : G-SYNC contre V-sync 6 : G-SYNC contre V-sync désactivée 7 : Compatibilité : très satisfaisante la plupart du temps 8 : Conclusion

Prérequis matériel et configuration du test

G-SYNC ne fait donc partie d’aucun standard et NVIDIA ne prévoit pas de militer pour inclure sa technologie dans une prochaine révision du DisplayPort. En conséquence, G-SYNC nécessite quelques prérequis avant de pouvoir fonctionner.

En premier lieu, il faut une carte NVIDIA et plus spécifiquement une GeForce GTX 650 Ti ou mieux. Kepler est la première architecture graphique munie d’un contrôleur d’affichage qui peut être programmé pour G-SYNC, ce qui veut dire que la technologie sera tout simplement incapable de fonctionner avec une carte basée sur Fermi, aussi puissante soit-elle. L’architecture Maxwell ayant été spécifiquement conçue pour prendre en charge G-SYNC, toutes les cartes à venir seront compatibles.

Le second prérequis est un moniteur équipé du module G-SYNC. Etant donné que ce dernier remplace le contrôleur de l’écran, il est impossible d’ajouter G-SYNC à un moniteur Ultra HD en tuiles par exemple. Dans l’immédiat, nous utilisons un prototype basé sur l’Asus VG248QE capable d’atteindre 1920×1080 à 144 Hz, mais il faut imaginer l’écho que pourrait trouver G-SYNC si les constructeurs commencent à associer le module à des dalles 60 Hz moins coûteuses.

Enfin, il faut nécessairement utiliser un câble DisplayPort 1.2 : DVI et HDMI ne sont tout simplement pas pris en charge. Pour le moment, cela signifie qu’il faut une carte graphique par écran lorsque l’on veut bénéficier de G-SYNC en Surround puisque les GeForce ont au mieux une seule sortie DisplayPort.

Ajoutons à cela qu’il faut également une prise en charge au niveau des pilotes, ce qui est le cas depuis les 331.93 beta.

Configuration du test

Composants
Processeur
Intel Core i7-3970X (Sandy Bridge-E) 3,5 GHz par défaut, O/C @ 4,3 GHz, LGA 2011, 15 Mo partagés de cache L3, Hyper-Threading et économies d’énergie activées
Carte mère
MSI X79A-GD45 Plus (LGA 2011) chipset X79 Express, BIOS 17.5
DRAM
G.Skill 32 Go (8 x 4 Go) DDR3-2133, deux kits F3-17000CL9Q-16GBXM @ 9-11-10-28 pour 1,65 V
Stockage
SSD Samsung 840 Pro 256 Go SATA 6Gb/s
Cartes graphiques
Nvidia GeForce GTX 780 Ti 3 Go

Nvidia GeForce GTX 770 2 Go
Alimentation
Corsair AX860i 860 Watts
Logiciels et pilotes
OS
Windows 8 Professionnel 64 bits
DirectX
Version 11
GraphiquesNVIDIA GeForce 331.93 Beta

A ce stade, il est important de bien saisir quel est le champ d’activité sur lequel G-SYNC se montre le plus efficace. La majorité d’entre nous utilise des écrans 60 Hz et bien qu’il existe des écrans 120 et 144 Hz spécifiquement destinés aux jeux, NVIDIA estime (à raison) que son plus gros marché est constitué par tous ceux qui sont bloqués à 60 Hz.

A 60 Hz avec V-sync, les anomalies les plus dérangeantes se produisent lorsque le débit en ips varie brusquement entre 30 et 60 plutôt que de se stabiliser à 60. C’est dans ce contexte que l’on rencontre un phénomène prononcé de micro-saccades. Sans V-sync, les scènes particulièrement dynamiques ou comptant de nombreux mouvements horizontaux accentuent le tearing. Ce phénomène est parfois tellement dérangeant que l’on active la V-sync immédiatement quitte à devoir supporter les micro-saccades et l’augmentation d’input lag qui en résulte.

En passant à 120 ou 144 Hz avec un débit d’images plus conséquent, le moniteur se rafraîchit plus régulièrement et réduit donc le temps passé à balayer plusieurs fois une même image dans le cas où les performances ne suivent pas. Cependant, les problèmes liés à l’activation/désactivation de la V-sync persistent. Par souci d’exhaustivité, nous avons conduit des tests à 60 et 144 Hz, avec et sans G-SYNC.

Sommaire :

  1. Introduction
  2. 3D LightBoost, mémoire embarquée, standards et 4K
  3. Dalles 60 Hz, SLI, Surround et disponibilité
  4. Prérequis matériel et configuration du test
  5. G-SYNC contre V-sync
  6. G-SYNC contre V-sync désactivée
  7. Compatibilité : très satisfaisante la plupart du temps
  8. Conclusion