Accueil » Dossier » GeForce FX : Le dossier

GeForce FX : Le dossier

2 : Technologie : Intellisample 3 : Technologie : La précision 4 : Technologie : CineFX shaders 5 : Les langages de programmation évolués 6 : Le geForce FX en détail 7 : Terratec Mystify 5800 Ultra 8 : Leadtek WinFast A300 Ultra TD MyViVO 128 Mo 9 : Les tests 10 : Tests synthétiques : 3DMark 2001 SE 11 : Tests synthétiques : 3DMark 2003 12 : Tests jeux 13 : Bilan

Introduction

« Je persiste à croire que des progrès 100
fois plus importants sont réalisables sur la technologie des cartes
3D au cours des prochaines années. Le moment est venu pour nous
de franchir le cap et de produire des jeux aux rendus photo-réalistes
en temps réel. Je suis convaincu qu’il n’y a rien qui
nous empêche d’exécuter des rendus de la qualité
des films Pixar avec des cartes graphiques comme la Radeon 9700 et le
NV30. »


John Carmack, QuakeCon, 17 août 2002.


1998
: nVidia sort son TNT, le chip le plus rapide et le plus évolué
du moment, qui assènera le premier coup de canon à l’épopée
jusqu’alors parfaite de 3dfx. Depuis, l’histoire de nVidia
s’apparente à une « success story » puisqu’à
chaque sortie de ses nouveaux GPU, le constructeur a su prendre largement
le pas sur ses concurrents et proposer les chips disposant des technologies
les plus pérennes. Appliquant la cadence infernale d’une
nouvelle puce tous les 12 mois, et d’une version plus rapide de
celle-ci 6 mois après, le constructeur a presque toujours conservé
son leadership.


“Presque” ?


Et oui, presque. Si le Geforce 3 n’a jamais été battu
en son temps et en termes de performances (version Ti 500), cela s’en
est fallu de peu : en sortant son Radeon 8500 avec 5 mois de retard sur
son concurrent, ATI proposa un chip plus évolué, technologiquement
parlant, et plus hautement cadencé, mais qui pêcha par ses
premiers drivers. L’alerte était donnée.


Pourtant, le Geforce 4 fut un chip presque décevant. En effet,
s’il mettait incontestablement tout le monde d’accord sur
le plan des performances et de l’anti-aliasing, force était
de constater que technologiquement, les fonctions supportées par
le chip ne dépassaient qu’à peine celles du GeForce
3, puisque la version des Pixels Shaders supportée sera la 1.3
(1.1 pour la GeForce 3), alors que la Radeon 8500 supportait la version
1.4, ce qui en faisait une carte DirectX8.1 là où le GeForce
4 ne supporte que DirectX8.0.


La ‘machine à sortir des chips’ s’était
quelque peu essoufflée : annoncé initialement pour l’été
2002, le NV30 a essuyé des retards inhabituels du constructeur,
et permis à ATI, en ce 18 Juillet 2002, d’annoncer la Radeon
9700 Pro qui mit un terme à la suprématie d’nVidia.
Fruit du travail réalisé par l’équipe de feu-ArtX,
le chip d’ATI se révéla surprenant de vélocité
et de qualité, surpassant de loin n’importe quel Geforce
4, ainsi que les spécifications de DirectX 9.0.


Mieux : ATI aurait déjà fait tourner une version de son
chip couplé à de la DDR-II bien plus performante, et les
premiers échantillons seraient prêts depuis longtemps, ceci
étant rendu possible grâce à l’établissement
de deux équipes de développement. De plus, le peu d’informations
ayant filtré sur le NV30 seraient décevantes : on parle
d’une bande passante mémoire théorique moins élevé
que celle du Radeon 9700 Pro, de résultats étranges ; même
John Carmack pour les présentations officielles de Doom 3 aurait
boudé les transistors du constructeur de Santa Clara (qu’il
avait pourtant bien l’habitude de vanter les mérites) au
profit de la puce originaire du pays des caribous et des érables…


Aujourd’hui, accusant un retard spectaculaire, en partie dû
aux implications de la société sur la Xbox, mais aussi à
des choix techniques audacieux (0.13µ) et enfin pour faire passer
le nombre de pipelines de 6 à 8, les premières cartes à
base de GeForce FX 5800 Ultra comment à être disponibles.

Sommaire :

  1. Introduction
  2. Technologie : Intellisample
  3. Technologie : La précision
  4. Technologie : CineFX shaders
  5. Les langages de programmation évolués
  6. Le geForce FX en détail
  7. Terratec Mystify 5800 Ultra
  8. Leadtek WinFast A300 Ultra TD MyViVO 128 Mo
  9. Les tests
  10. Tests synthétiques : 3DMark 2001 SE
  11. Tests synthétiques : 3DMark 2003
  12. Tests jeux
  13. Bilan