Accueil » Dossier » GeForce GTX 580 : la carte que nous attendions il y a 8 mois

GeForce GTX 580 : la carte que nous attendions il y a 8 mois

1 : Introduction 2 : GF110 : le Fermi relifté 3 : GeForce GTX 580 : nouveau design 4 : Configuration de test et benchmarks 5 : 3DMark Vantage 6 : Metro 2033 (DX11) 7 : Lost Planet 2 (DX11) 8 : Aliens vs. Predator (DX11) 9 : Battlefield: Bad Company 2 (DX11) 10 : Civilization V (DX11) 11 : DiRT 2 (DX11) 12 : Just Cause 2 (DX11) 13 : Adobe Premiere Pro CS5 14 : Performances en SLI/CrossFire 16 : Conclusion

Consommation, température et bruit

Consommation moyenne à la prise (FurMark)

Image 1 : GeForce GTX 580 : la carte que nous attendions il y a 8 mois

N’est il pas beau notre graphique ? En charge, la GeForce GTX 480 arrive tout en haut (c’est-à-dire en dernière place…) du classement avec son processeur GF100, suivie de la Radeon HD 5970, qui est pourtant une carte bi-GPU, de la GeForce GTX 470, de la Radeon HD 5870 et enfin de la Radeon HD 6870, bien connue pour sa faible consommation.

Mais où est donc passée la GeForce GTX 580 ? Hé bien, le circuit de protection antisurtension mis en place par Nvidia réduit automatiquement la fréquence de la carte lorsqu’on tente de la faire fonctionner sous FurMark ; par conséquent, les résultats obtenus sont inférieurs à ceux de la GTX 470, mais ce n’est bien sûr absolument pas réaliste. AMD comme Nvidia ont toujours détesté FurMark et sa capacité à faire gonfler (« artificiellement ») les chiffres de consommation ; il semblerait que nous n’ayons bientôt plus d’autre choix que de l’abandonner…

Consommation à la prise (Metro 2033)

Image 2 : GeForce GTX 580 : la carte que nous attendions il y a 8 mois

Loin de nous avouer vaincus, nous avons mesuré la consommation des trois cartes via le benchmark intégré à Metro 2033, jeu particulièrement gourmand en puissance de traitement. Les résultats sont éloquents, et ce, à plus d’un titre. Pour commencer, nous voyons que la consommation de la GeForce GTX 580 et celle de la 480 ne s’écartent en moyenne que de 9 watts lors de ce test, ce qui peut paraître étonnant au vu des optimisations énergétiques apportées au nouveau bébé de Nvidia. L’explication réside dans le fait que le fabricant a augmenté les fréquences et a activé les 16 SM du GF110, ce qui accroît forcément la consommation.

Il est plus intéressant de constater que la Radeon HD 5870 consomme environ 100 watts de moins que les GeForce, alors que FurMark nous montrait plutôt une différence de 160 watts. Cela n’en reste pas moins un chiffre impressionnant ; c’est indéniable, les performances énergétiques des GPU Cypress d’AMD sont réellement excellentes.

Température

Image 3 : GeForce GTX 580 : la carte que nous attendions il y a 8 mois

Il est tout aussi difficile de mesurer la température que la consommation, car il est nécessaire pour ce faire d’appliquer une charge constante sur le GPU, et FurMark fonctionne mal avec la GeForce GTX 580. Ce qui nous laisse avec les résultats de la GTX 480.

La GeForce GTX 580 bénéficie toutefois de l’amélioration du mécanisme de refroidissement. Comparé au radiateur de la GTX 480, qui était, soyons francs, une véritable catastrophe, celui-ci est considérablement plus efficace et gère nettement mieux la dissipation thermique du processeur graphique.

La différence se remarque particulièrement en SLI : le ventilateur Scythe de notre boîtier Falcon Northwest s’est montré nettement moins bruyant avec les deux GTX 580 en charge sous Metro 2033 qu’avec les 480. Il reste recommandé d’espacer les cartes de trois emplacements, mais au moins vous ne serez plus sourd après une heure de jeu.

Sommaire :

  1. Introduction
  2. GF110 : le Fermi relifté
  3. GeForce GTX 580 : nouveau design
  4. Configuration de test et benchmarks
  5. 3DMark Vantage
  6. Metro 2033 (DX11)
  7. Lost Planet 2 (DX11)
  8. Aliens vs. Predator (DX11)
  9. Battlefield: Bad Company 2 (DX11)
  10. Civilization V (DX11)
  11. DiRT 2 (DX11)
  12. Just Cause 2 (DX11)
  13. Adobe Premiere Pro CS5
  14. Performances en SLI/CrossFire
  15. Consommation, température et bruit
  16. Conclusion