Accueil » Dossier » GeForce GTX 580 : la carte que nous attendions il y a 8 mois

GeForce GTX 580 : la carte que nous attendions il y a 8 mois

1 : Introduction 2 : GF110 : le Fermi relifté 4 : Configuration de test et benchmarks 5 : 3DMark Vantage 6 : Metro 2033 (DX11) 7 : Lost Planet 2 (DX11) 8 : Aliens vs. Predator (DX11) 9 : Battlefield: Bad Company 2 (DX11) 10 : Civilization V (DX11) 11 : DiRT 2 (DX11) 12 : Just Cause 2 (DX11) 13 : Adobe Premiere Pro CS5 14 : Performances en SLI/CrossFire 15 : Consommation, température et bruit 16 : Conclusion

GeForce GTX 580 : nouveau design

Étant donné que Nvidia est parvenu à améliorer le rendement thermique de sa nouvelle architecture afin d’augmenter les performances de sa puce (plus de shaders, fréquences plus élevées), la GeForce GTX 580 possède un TDP légèrement inférieur à celui de la GTX 480 : 244 watts contre 250. A priori, nous devrions donc rencontrer les mêmes problèmes de chauffe et de bruit qu’auparavant ; fort heureusement, pendant qu’une équipe d’ingénieurs s’attelait à optimiser le GPU, une autre s’est chargée de gommer les principaux défauts du reste de la carte graphique.

Fini donc le gros radiateur nu, les caloducs dépassant de partout et le ventilateur ultra-bruyant.

Au lieu de cela, la nouvelle carte est équipée d’un dissipateur à chambre de vaporisation ; fabriqué en cuivre, celui-ci dispose de son propre cycle d’évaporation/condensation afin de transférer plus efficacement la chaleur vers les ailettes, ce qui remplace donc les caloducs. Nvidia emploie toujours un ventilateur poussant l’air à travers le dissipateur vers l’extérieur du boîtier, mais celui-ci est renforcé afin de moins monter dans les aigües. Il est de plus contrôlé directement par le GPU, ce qui lui permet de réagir plus finement (et plus discrètement) à l’activité de celui-ci.

Le résultat final est une carte entièrement fermée qui reste chaude, mais qui fait nettement moins mal lorsqu’on la touche après une série de tests ! Elle est remarquablement silencieuse au repos et bien moins déplaisante en charge. Bref, répétons cela pour être parfaitement clairs : le problème du bruit, qui constituait l’une des principales raisons d’éviter la GeForce GTX 480, est en pratique réglé sur la GTX 580.

Image 1 : GeForce GTX 580 : la carte que nous attendions il y a 8 mois

Malgré ces évolutions physiques importantes, la GeForce GTX 580 reste aussi longue que la 480 (26,7 cm) ; elle nécessite toujours un connecteur à huit broches et un autre à six broches en plus du port PCI Express (Nvidia recommande en outre une alimentation d’au moins 600 watts).

Image 2 : GeForce GTX 580 : la carte que nous attendions il y a 8 mois

Comme son aînée, elle est toujours limitée à deux sorties vidéo simultanées, via deux connecteurs DVI dual-link et/ou un port mini-HDMI. Sachant qu’AMD permet maintenant de gérer quatre écrans en même temps via DisplayPort, DVI et HDMI (sur ses cartes milieu de gamme ; certaines cartes haut de gamme pouvant aller plus loin encore), il est vraiment plus que temps pour Nvidia de faire sauter cette limitation. Il s’agit là d’un argument de vente imparable pour AMD, à moins d’acheter deux GeForce. Et n’oublions pas que la GTX 580 occupe déjà deux emplacements.

Suivi de la consommation

Les circuits de protection antisurtension nous ont obligé à modifier la manière dont nous, les testeurs, mesurons la consommation, la température et les nuisances sonores.

Lorsqu’AMD a lancé ses processeurs graphiques Cypress, il les a assorti d’un mécanisme chargé de contrôler l’état du régulateur de tension de la carte graphique ; en cas de surtension (même sans surchauffe du GPU), ce mécanisme diminue la fréquence de la puce afin de réduire la consommation. Tout cela en plus du système de protection thermique qui sert à éviter que la puce ne chauffe trop. Il est donc d’un coup devenu possible d’exécuter un logiciel appliquant une charge constante sur la carte (par exemple FurMark) et d’obtenir des chiffres des consommation anormalement bas sans pour autant être témoin de températures élevées indiquant un problème. Heureusement, dans l’intérêt des tests, nous sommes tout de même parvenus à trouver une combinaison de paramètres permettant de mettre la pression sur le GPU sans déclencher ces deux systèmes de sécurité made in AMD.

Image 3 : GeForce GTX 580 : la carte que nous attendions il y a 8 mois

Nvidia aura mis du temps à rattraper le coche, mais met enfin en œuvre quelque chose de similaire sur la GeForce GTX 580. La société affirme que ses GPU sont équipés d’un dispositif de surveillance thermique depuis plusieurs années (mais dans ce cas, nous nous expliquons mal pourquoi, il y a quelques mois, le pilote 196.xx a envoyé au cimetière une série de cartes graphiques à base de G92) ; maintenant, la puissance et la tension de tous les rails 12 V fait également l’objet d’un suivi : s’ils s’écartent des marges spécifiées, le driver limiterait automatiquement ses performances. Nous reviendrons sur ce sujet à la page consacrée à la consommation.

Sommaire :

  1. Introduction
  2. GF110 : le Fermi relifté
  3. GeForce GTX 580 : nouveau design
  4. Configuration de test et benchmarks
  5. 3DMark Vantage
  6. Metro 2033 (DX11)
  7. Lost Planet 2 (DX11)
  8. Aliens vs. Predator (DX11)
  9. Battlefield: Bad Company 2 (DX11)
  10. Civilization V (DX11)
  11. DiRT 2 (DX11)
  12. Just Cause 2 (DX11)
  13. Adobe Premiere Pro CS5
  14. Performances en SLI/CrossFire
  15. Consommation, température et bruit
  16. Conclusion