Accueil » Dossier » GeForce RTX : toutes les nouveautés de l’architecture Turing » Page 7

GeForce RTX : toutes les nouveautés de l’architecture Turing

1 : NVIDIA Turing : une ray-volution ? 2 : Les GPU TU102, TU104 et TU106 en détail 3 : Le SM Turing en détail 4 : L'IA au service du rendu 3D 5 : Le RayTracing hybride expliqué 6 : Un shading plus intelligent 8 : NVLink : le renouveau du SLI ? 9 : Du 8K en 60 Hz, VirtualLink pour la VR 10 : Meilleur encodeur vidéo hardware 11 : Rénovation pour les cartes Founders Edition 12 : NVIDIA scanner : overclocking automatique !

La notion de RTX OPS : quel calcul ?

La notion de RTX-OPS est un petit bricolage mathématique qui consiste à donner une idée de la puissance de la carte en pratique dans un jeu avec ray tracing RTX en temps réel. Les GPU deviennent de plus en plus complexes, surtout avec Turing et ses différentes parties, pas toujours sollicitées de manière uniforme. Difficile alors de résumer ses performances simplement, c’est pourtant ce que l’indice RTX-OPS souhaite faire.

Image 1 : GeForce RTX : toutes les nouveautés de l'architecture Turing

Le RTX-OPS est censé prendre en compte tous les différents coeurs du GPU pour montrer ses capacités globales : coeurs INT32, FP32, Tensor et RT. Il suppose donc qu’une applications ou un jeu utilise la totalité des coeurs du GPU. Evidemment, les premiers benchs des GeForce RTX que vous verrez sur le Web ne représenteront que les performances classiques du GPU, sans les coeurs RT et Tensor.

Voilà donc la méthode de calcul du RTX-OPS selon les estimations et constatations de fonctionnement pratique du GPU par NVIDIA :

  • Les coeurs Tensor sont utilisés environ 20 % du temps de calcul de l’image (basé sur l’utilisation du DLSS)
  • Les coeurs CUDA travaillent pour le reste du temps de calcul, soit 80 %
  • Les coeurs RT sont utilisés pendant 50 % de ce temps de rendu restant (la moitié des 80 % restants, soit 40 %)
  • Les pipelines INT32 sont utilisés pendant 35 % de ce temps de rendu restant (35 % de 80 %, soit 28 %)
  • Un giga-ray prend l’équivalent de 10 TFLOPS de calcul sur CUDA (Pascal)

=> RTX-OPS = TENSOR x 20% + FP32 x 80% + RTOPS x 40% + INT32 x 28%

Pour une GeForce RTX 2080 Ti :
(14 FP32 TFLOPS x 80%) + (14 INT32 TIPS x 28%) + (100 RT TFLOPS x 40%) + (114 FP16 Tensor TFLOPS x 20%) = 78


GeForce GTX 1070GeForce GTX 1080GeForce GTX 1080 TiGeForce RTX 2070 FEGeForce RTX 2080 FEGeForce RTX 2080 Ti FEQuadro RTX 5000Quadro RTX 6000
RTX-OPS (Tera-OPS)6,58,911,34560786284

C’est un peu tiré par les cheveux, mais ça se tient dans la mesure où il faut bien trouver un moyen d’afficher les performances relatives de chaque carte. Évidemment, nous n’utiliserons pas cet indice dans nos tests, qui resteront bien plus terre à terre : les performances de la carte en pratique !

Sommaire :

  1. NVIDIA Turing : une ray-volution ?
  2. Les GPU TU102, TU104 et TU106 en détail
  3. Le SM Turing en détail
  4. L'IA au service du rendu 3D
  5. Le RayTracing hybride expliqué
  6. Un shading plus intelligent
  7. La notion de RTX OPS : quel calcul ?
  8. NVLink : le renouveau du SLI ?
  9. Du 8K en 60 Hz, VirtualLink pour la VR
  10. Meilleur encodeur vidéo hardware
  11. Rénovation pour les cartes Founders Edition
  12. NVIDIA scanner : overclocking automatique !