Accueil » Dossier » GeForce RTX : toutes les nouveautés de l’architecture Turing » Page 9

GeForce RTX : toutes les nouveautés de l’architecture Turing

1 : NVIDIA Turing : une ray-volution ? 2 : Les GPU TU102, TU104 et TU106 en détail 3 : Le SM Turing en détail 4 : L'IA au service du rendu 3D 5 : Le RayTracing hybride expliqué 6 : Un shading plus intelligent 7 : La notion de RTX OPS : quel calcul ? 8 : NVLink : le renouveau du SLI ? 10 : Meilleur encodeur vidéo hardware 11 : Rénovation pour les cartes Founders Edition 12 : NVIDIA scanner : overclocking automatique !

Du 8K en 60 Hz, VirtualLink pour la VR

Les cartes GeForce RTX Founders Edition comportent trois connecteurs DisplayPort 1.4a, une sortie HDMI 2.0b et une interface VirtualLink. Elles prennent en charge jusqu’à quatre moniteurs simultanément et sont bien entendu compatibles HDCP 2.2. Pourquoi pas de HDMI 2.1 ? NVIDIA nous répond que ce standard n’était pas encore prêt en novembre 2017, lorsque le design des cartes Turing devait être terminé.

Image 1 : GeForce RTX : toutes les nouveautés de l'architecture Turing

Turing permet également la compression de flux d’affichage (Display Stream Compression, ou DSC) via le DisplayPort, ce qui permet d’afficher du 8K (7680×4320) à 60 Hz, ou bien du 4K (3840×2160) HDR avec un taux de rafraîchissement de 120 Hz.

En parlant de HDR, Turing lit maintenant en natif le contenu HDR à l’aide d’un circuit de mappage tonal (tone mapping) dédié. Pascal de son côté avait besoin d’appliquer un traitement à part, ce qui ajoutait de la latence.

Image 2 : GeForce RTX : toutes les nouveautés de l'architecture Turing

Enfin, les trois cartes Founders Edition incluent des connecteurs VirtualLink pour les casques VR de nouvelle génération. L’interface VirtualLink utilise un connecteur USB de type C mais avec un câblage différent permettant d’associer quatre lignes DisplayPort, un canal de données USB 3.1 Gen2 bidirectionnel pour les capteurs haute résolution, et jusqu’à 27W de puissance. Selon le consortium VirtualLink, les casques existants fonctionnent généralement avec une puissance de 15W (écrans, contrôleurs, audio, électronique du câble et pertes du câble et des connecteurs compris). Cette nouvelle interface est conçue pour prendre en charge les futurs appareils plus gourmands en énergie, avec des capacités d’affichage améliorées, un meilleur son et des caméras haut de gamme. Attention : la puissance fournie via VirtualLink n’est pas comprise dans le TDP annoncé des cartes GeForce RTX. Nvidia indique que l’utilisation de cette interface nécessite jusqu’à 35W supplémentaires.

Sommaire :

  1. NVIDIA Turing : une ray-volution ?
  2. Les GPU TU102, TU104 et TU106 en détail
  3. Le SM Turing en détail
  4. L'IA au service du rendu 3D
  5. Le RayTracing hybride expliqué
  6. Un shading plus intelligent
  7. La notion de RTX OPS : quel calcul ?
  8. NVLink : le renouveau du SLI ?
  9. Du 8K en 60 Hz, VirtualLink pour la VR
  10. Meilleur encodeur vidéo hardware
  11. Rénovation pour les cartes Founders Edition
  12. NVIDIA scanner : overclocking automatique !