Accueil » Actualité » Gen-Z : toutes les mémoires unies pour plus de performance et sécurité

Gen-Z : toutes les mémoires unies pour plus de performance et sécurité

Gen-Z est un nouveau protocole qui veut unir la DRAM, 3D XPoint et les solutions de stockage pour offrir une capacité unique plus facile à gérer par le système d’exploitation.

Image 1 : Gen-Z : toutes les mémoires unies pour plus de performance et sécuritéPooled Memory est la mémoire unifiée qui est accédée par Gen-Z (Memory Semantics)Le Gen-Z Consortium vient d’officialiser ses travaux portant sur la conception d’un protocole du même nom interconnectant les diverses mémoires d’un système pour optimiser la sécurité et les performances. Le groupe inclut de très nombreux acteurs influents tels que ARM, AMD, Broadcomm, IBM, Dell, HP, Micron, Samsung, Seagate, SK Hynix, Western Digital, Red Hat, Huawei et Cray, entre autres. Le consortium devrait finaliser le protocole et le standard d’ici la fin de l’année.

Le problème 3D XPoint

Image 2 : Gen-Z : toutes les mémoires unies pour plus de performance et sécuritéGen-Z reconnait que le marché de la mémoire est en pleine transformation. Jusqu’à présent, l’informatique utilisait principalement deux types de mémoire : la DRAM qui est rapide, mais chère et volatile, et les supports de stockage qui sont lents, mais bon marché et non volatiles. Le problème est qu’un troisième type de mémoire est sur le point de débarquer. 3D XPoint ou la MRAM ne sont pas aussi rapides que les DRAM et sont très chères pour l’instant, mais elles sont nettement plus performantes que les solutions de stockage tout en étant fiables ainsi que non volatiles. Gen-Z tente donc d’anticiper l’arrivée de ces nouvelles mémoires qui vont s’interposer entre la DRAM et les solutions de stockage pour proposer un protocole permettant aux systèmes d’exploitation et aux logiciels de plus facilement les exploiter.

Une grosse mémoire virtuelle

Selon les premières informations, Gen-Z demandera d’être pris en charge matériellement, mais nécessiterait peu de modifications du côté des systèmes d’exploitation et logiciels qui ne verraient qu’une grosse mémoire centrale. Cette approche permettrait, selon le consortium, d’accroître la bande passante, réduire les temps de latence, en plus d’améliorer la sécurité des données. Ce groupe de mémoire accessible par le CPU, le GPU, un SoC et toutes sortes de composants. Le standard sera gratuit et ouvert. Néanmoins, un des grands freins à l’adoption de Gen-Z pourrait venir d’Intel qui n’est pas membre du consortium et qui serait en train de développer une technologie propriétaire similaire.