Accueil » Actualité » Gestion de la capacité et SandForce, la suite

Gestion de la capacité et SandForce, la suite

Image 1 : Gestion de la capacité et SandForce, la suite

Nous vous parlions récemment de la gestion de la capacité sur les SSD SandForce et force est de constater que le tout est un embrouillamini complexe. En faisant simple, les premiers SSD à base de SandForce SF-1200 (OCZ Agility 2 et Force chez Corsair) réservent 27 % de la mémoire pour la gestion de l’usure alors qu’il est possible de se limiter à 13 % sans que les performances ne bougent (moins de 3 %). Bien évidemment, les constructeurs (et les utilisateurs) apprécient un gain de mémoire de ce type, qui fait passer les SSD de 50 à 60 Go (64 Go physiques), de 100 à 120 Go et de 200 à 240 Go.

Malheureusement, il semble que flasher les modèles actuels pour récupérer l’espace en plus ne soit pas possible (OCZ étudie la chose) et les deux sociétés devraient donc proposer de nouvelles références avec la capacité supplémentaire. Chez OCZ, c’est encore plus compliqué : la société pour garder les deux références aux catalogues. La raison est simple : l’espace réservé permet de mieux gérer l’usure en usage intensif (notons que l’on parle ici de SSD grand public) et surtout de récupérer plus facilement les données en cas de coupure de courant, les SSD à base de SF-1200 ne disposant pas des condensateurs permettant de sauver les données en cas de problèmes. Concrètement, un SSD à base de SF-1200 en espace « étendu » est plus sensible aux coupures de courant qu’un autre SSD.

En pratique, les plus lésés seront ceux qui ont acheté un modèle à base de SF-1200 avant la mise en place des nouveaux firmwares : les nouveaux modèles offrent plus de capacité pour le même prix, sans différence matérielle.