Accueil » Test » Gigabyte P34W : le portable de jeux discret ? » Page 2

Gigabyte P34W : le portable de jeux discret ?

1 : Introduction 3 : Tour du propriétaire : vue de l’intérieur 4 : Benchmarks 5 : Ecran, autonomie, réseau et températures 6 : Conclusion

Tour du propriétaire : à l’extérieur

Image 1 : Gigabyte P34W : le portable de jeux discret ?

Assez élégant, le P34W v3 se démarque de la majorité des portables taillés pour le jeu, lesquels sont généralement beaucoup plus tape à l’œil. Le dos du portable offre une surface lisse, noir et mate, le logo de la marque ainsi qu’une petite bande dans un matériau différent à proximité de la tranche. Le seul reproche que l’on puisse faire au revêtement utilisé est sa propension à attirer les traces de doigt : il est quasiment impossible de le maintenir parfaitement propre.

Image 2 : Gigabyte P34W : le portable de jeux discret ?

Les haut-parleurs se situent au niveau des grilles situées immédiatement en dessous de la tranche faisant face à l’utilisateur. Notons qu’elles sont orientées vers le sol. Gigabyte n’avait manifestement pas la place nécessaire pour optimiser le rendu audio du P34W v3 : le son est assez brouillon et manque cruellement de basses, tout en sachant que le résultat varie en fonction de la surface sur laquelle le portable est posé.

Image 3 : Gigabyte P34W : le portable de jeux discret ?

Toutes les autres grilles sont dédiées au refroidissement : comme nous le verrons plus loin, il ne faut surtout pas les obstruer en posant le P34W v3 sur un tapis, une couette ou couverture. Cinq pieds en gomme dure ainsi que quatre ergots en plastique permettent de surélever la machine lorsque celle-ci repose sur un support rigide. Il faut retirer un total de 15 vis pour démonter la coque inférieure, mais Gigabyte propose également une approche beaucoup plus simple pour la mémoire : une seule vis assure le maintien de la trappe d’accès aux deux emplacements DRAM.

Image 4 : Gigabyte P34W : le portable de jeux discret ?

Sur la tranche droite, on trouve le connecteur d’alimentation, deux ports USB 3.0, une sortie HDMI ainsi qu’un lecteur de cartes SD.

Image 5 : Gigabyte P34W : le portable de jeux discret ?

A l’opposé, une prise Kensington, un port Ethernet, une sortie VGA, deux ports USB 3.0 supplémentaires ainsi qu’un mini-jack faisant office de prise casque et micro. La connectique est donc assez généreuse au regard de l’espace disponible, mais nous aurions préféré trouver une sortie mini-DisplayPort plutôt que du VGA : on peut estimer qu’il est plus courant de brancher un portable de ce genre à un écran récent plutôt qu’à un vieux vidéo projecteur.

Image 6 : Gigabyte P34W : le portable de jeux discret ?

La tranche avant ne propose pas de connectique : on trouve cinq indicateurs LED correspondant au Bluetooth, WiFi, périphérique de stockage, batterie et alimentation. Notons qu’en effectuant un clic droit lorsque le portable est éteint, les LED s’allument de manière à refléter la charge restante.

Image 7 : Gigabyte P34W : le portable de jeux discret ?

L’arrière du Gigabyte P34W v3 comprend deux larges grilles d’aération, sous lesquelles on trouve deux ventilateurs assurant chacun le refroidissement d’une paire de caloducs interconnectés, ces derniers recouvrant le processeur et le GPU (ces derniers sont soudés à la carte mère, empêchant ainsi toute possibilité d’évolution à ce niveau). Sans surprise, l’air expulsé à l’arrière du portable est vraiment chaud.

Une fois ouvert, le P34W v3 conserve une esthétique sans fioritures. Les deux charnières assurent un bon maintien de la dalle, avec un mouvement un peu rapide en bout de course sur notre exemplaire de test. Au-dessus de l’écran se situent deux micros, un témoin d’activité pour la webcam, un capteur de luminosité pour l’éclairage automatique de l’écran et le rétroéclairage du clavier.

Image 8 : Gigabyte P34W : le portable de jeux discret ?

Le châssis propose lui aussi une rigidité satisfaisante : il faut vraiment y aller franchement avec les poignets pour sentir une légère flexion.

Le clavier rétroéclairé offre une qualité de frappe correcte : les touches sont bien espacées, la course est correcte sachant qu’il s’agit d’un clavier de type chiclet et l’activation ne pose pas de problème. Signe de son positionnement, les touches W, A, S et D du P34W v3 profitent de caractères gras. En revanche, nous ne sommes pas convaincus par la conception asymétrique des touches directionnelles : celles de gauche et droite sont généreuses, tandis que haut et bas sont moitié moins grandes. Elles peuvent être source d’imprécisions en jeu, ce qui est regrettable.

Difficile d’imaginer un usage pour le trackpad autre que la navigation de base sous Windows, bien qu’il fasse correctement son travail. Notons qu’il procure une réponse optimale lorsque l’on utilise les extrémités gauche et droite du pavé tactile : vers le centre, la course est très courte.

Sommaire :

  1. Introduction
  2. Tour du propriétaire : à l’extérieur
  3. Tour du propriétaire : vue de l’intérieur
  4. Benchmarks
  5. Ecran, autonomie, réseau et températures
  6. Conclusion