Accueil » Actualité » Google donne des détails sur Ara, le smartphone modulaire

Google donne des détails sur Ara, le smartphone modulaire

Google a finalement donné des détails sur Ara, son projet de smartphone modulaire. On apprend notamment que les premiers appareils utilisables seront proposés en janvier 2015 — Google n’avait pas de prototype fonctionnel à montrer lors de sa conférence de presse, le seul disponible ayant été cassé le jour précédent — et que le module de base, qui comprend l’exosquelette et un écran, sera proposé pour 50 $.

La base devrait être valable plusieurs années selon Google, et les pièces seront fixées sur cette dernière via des électro-aimants, pour garder un appareil rigide. L’appareil fonctionnera sous Android, dans une version adaptée aux différents modules, et c’est Google qui validera les différents modules, et donc les pilotes adaptés.

Image 1 : Google donne des détails sur Ara, le smartphone modulaireLa base

Dans les modules, on trouve les composants classiques, comme un SoC, de la mémoire vive (si elle n’est pas intégrée dans le SoC), de la mémoire de stockage, une batterie, un appareil photo, un modem, etc. On peut imaginer pouvoir se construire un appareil sans batterie et sans appareil photo pour un usage domotique, par exemple.

Google proposera plusieurs bases, en fonction de la taille de l’écran, avec plus ou moins de modules. Un modèle small avec un écran de 3 pouces aura par exemple 10 « cases » utilisables, sachant qu’un module peut prendre plusieurs cases, alors qu’un modèle large (écran de 6 pouces) proposera 28 cases. Entre les deux, on trouve un modèle avec 18 cases. L’interface entre les modules peut travailler à 10 Go/s selon Google, ce qui est élevé et faible à la fois : c’est suffisant pour la majorité des usages, mais pas pour de la mémoire vive par exemple.

Image 2 : Google donne des détails sur Ara, le smartphone modulaireAvec quelques modules

En l’état, il y a trois choses à noter. La première, c’est le prix : environ 500 $ en OEM pour le modèle le plus puissant, ce qui est assez élevé, du niveau des smartphones haut de gamme actuels. Ensuite, il faut prendre en compte l’encombrement et l’autonomie, cette dernière étant un problème dans les smartphones actuels alors que la batterie prend souvent une énorme partie de la surface de l’appareil. Enfin, il y a la pérennité de l’ensemble : espérer utiliser la même base pendant cinq à six ans semble illusoire, ne serait-ce que parce que beaucoup de composants évoluent très rapidement et qu’il est compliqué d’imaginer à quoi ressembleront les SoC dans cinq ans, par exemple.