Accueil » Actualité » Gros plan sur la vidéo : DVI

Gros plan sur la vidéo : DVI

Calculer la définition maximale

Avec un TMDS à 165 MHz, la définition maximale habituellement admise est 1 920 x 1 200 à 60 Hz mais elle est plus élevée en pratique. Pour la calculer, il suffit de vérifier la bande passante nécessaire de la définition visée : on multiplie la largeur en pixel par la hauteur en pixel et par la fréquence de rafraichissement visée. Pour du 1 920 x 1 080 à 60 Hz, on obtient à peine 139 MHz, soit nettement moins que les 165 MHz d’un TMDS.

1999, il y a 10 ans, Hercules (alors un grand nom des cartes graphiques) proposait la première carte public dotée d’une sortie DVI, une GeForce 256 dotée de mémoire DDR (du très haut de gamme valant 2 400 F (365 € environ). En même temps que la carte, Hercules annonçait aussi des écrans compatibles… Cette norme, devenue depuis la plus courante dans nos PC, est le sujet de notre actualité du jour.

Du numérique, ou presque

Le DVI a le gros avantage d’être une norme entièrement numérique : on évite donc les deux étapes de conversions nécessaires quand on utilise un écran LCD et une connexion analogique. Pourtant, pour des raisons de rétrocompatibilités, le DVI est capable de transporter un signal analogique. Dans une connexion DVI, le RAMDAC (le composant qui transforme le signal numérique en signal analogique) est remplacé par un TMDS (Transition Minimized Differential Signaling), une puce qui va envoyer les données à travers le câble. Le TMDS, présent sur la majorité des cartes graphiques (à l’exception, notable, des GMA 950 d’Intel) est cadencé à 165 MHz et peut être doublé pour prendre en charge les grandes résolutions. En effet, la résolution maximale dépend de la fréquence du TMDS et elle est de 1 920 x 1 200 (un peu plus dans la pratique) en temps normal. Pour les écrans capables de travailler en haute définition (les 30 pouces, par exemple) ou pour les écrans 3D (qui nécessitent du 120 Hz), une connectique dite « DualLink » est nécessaire. En simplifiant, le principe consiste à utiliser deux liens, dotés chacun d’un TMDS, pour doubler la bande passante.

Les différents connecteurs

Image 1 : Gros plan sur la vidéo : DVIIl existe six connecteurs DVI différents, qui varient en fonction des interfaces supportées. Le premier est le DVI-A, qui ne transporte que l’analogique et a été très peu utilisé (seulement sur quelques moniteurs CRT professionnels). Le second est le DVI-D, qui existe en version classique et en version DualLink. Le DVI-D ne transporte que le flux numérique. Ensuite, on retrouve le DVI-I, plus complet, en versions Single et DualLink. Avec le DVI-I, le flux analogique (VGA) et le flux numérique (DVI) sont de la partie. Des adaptateurs passifs permettent de récupérer le flux analogique sur un connecteur VGA. Enfin, le connecteur M1-DA est un modèle assez rare, qui transporte le signal analogique, le signal numérique, mais aussi les données permettant de travailler avec de l’USB.

Avantages et inconvénients

Image 2 : Gros plan sur la vidéo : DVILes avantages du DVI sont nombreux, ne serait-ce que par sa qualité, mais il y a aussi quelques défauts. Le premier vient du fait que les cartes graphiques doivent être adaptées que la compatibilité n’est pas systématique (surtout sur les anciens modèles et les IGP). Le second vient du fait que certains modes, dont le 120 Hz nécessaire à la 3D, implique une connectique DualLink qui reste rare sur les anciennes cartes. Enfin, la taille du connecteur peut poser des problèmes d’intégration, surtout dans les PC portables où la norme reste rare.

Pas de son ni de DRM

Un des défauts du DVI vient du fait que la norme n’est destinée qu’aux écrans de PC et elle manque donc de polyvalence. Le transport du son est impossible et la gestion de la norme HDCP (une protection numérique) est optionnelle, deux défauts que la norme HDMI corrige.

Dans la pratique, le DVI est une norme très courante, généralisée sur les cartes graphiques (en dehors des PC portables) et souvent présente sur les écrans. Reste que le DVI semble voué à disparaître : le DisplayPort et le HDMI, dont nous allons parler demain, semblent mieux taillés pour les usages futurs.

  • Gros plan sur la vidéo : VGA
  • Gros plan sur la vidéo : HDMI