Accueil » Actualité » Guerre des brevets : Google et Microsoft offrent plus de détails

Guerre des brevets : Google et Microsoft offrent plus de détails

Image 1 : Guerre des brevets : Google et Microsoft offrent plus de détails

Google et Microsoft s’affrontent à coup de blogs et d’annonces, mais les choses ne changent pas vraiment et Mountain View continue sa dégringolade médiatique.

Pour mémoire, David Drummond, responsable juridique chez Google, a publié un billet sur Google blog expliquant que Microsoft, Oracle et Apple se liguaient contre Android, ce qui lui a valu une réponse des responsables juridiques de Microsoft qui ont montré que la firme avait refusé de s’associer à Redmond lors de l’acquisition des brevets Novell. Nous montrons aussi dans cette actualité que Google est en train de mener une campagne de désinformation autour de l’acquisition des brevets Nortel. Si vous avez manqué cet épisode, nous vous invitons à relire notre actualité « Révélations de Microsoft sur l’affaire Novell : Google voulait faire bande à part ».

M. Drummond a néanmoins décidé de répondre à Microsoft en soulevant un argument relativement confus. Selon le vice-président, « l’objectif de Microsoft était d’écarter Google et les fabricants de terminaux Android des brevets qui auraient pu être utilisés pour se défendre contre leurs (Microsoft, NDLR) attaques. Une acquisition conjointe des brevets de Novell qui aurait donné une licence à toutes les parties (de la transaction, NDLR) aurait éliminé toute la protection que ces brevets offraient à Android contre les attaques de Microsoft et ses partenaires à l’enchère ».

Image 2 : Guerre des brevets : Google et Microsoft offrent plus de détailsAvant de passer à la réponse de Microsoft à ce sujet, nous tenons tout d’abord à montrer que ce discours trahit les réelles intentions de Google. La firme ne renie pas le fait qu’elle ait été invitée par Redmond à une acquisition commune. Au contraire, elle affirme qu’elle ne voulait pas d’une acquisition partagée des brevets. En d’autres termes, elle dit qu’elle voulait les brevets de Novell pour elle toute seule, ce qui est pour le moins surprenant.

La raison semble liée à l’écosystème Android. Dans la première phrase, Google parle des fabricants de terminaux Android qui n’étaient pourtant pas partie à l’enchère. Il semble clair que Google a voulu se saisir de ces brevets pour protéger ses partenaires. Il faut dire que les fabricants de smartphones et tablettes Android ont été reconnus coupable de violer des brevets Apple ou ont été forcés de payer une licence à Microsoft. Bref, il n’y a pas de complots contre Android et Google ne cherche pas à « réduire les menaces anticoncurrentielles », comme M. Drummond l’avance, mais la firme souhaite simplement protéger ses intérêts et ses relations avec ses partenaires qui souffrent parfois de l’utilisation d’Android en acquérant des brevets exclusif. C’est un choix commercial et stratégique qui se respecte, mais nous regrettons son manque de franchise et ce masque de martyr.

Image 3 : Guerre des brevets : Google et Microsoft offrent plus de détailsMicrosoft n’a pas tardé à répondre au nouveau message de Google. Frank Shaw, porte-parole pour la firme de Redmond a expliqué sur son compte Twitter que Google ne voulait pas s’associer avec d’autres entreprises et réduire les risques de procès au sein de l’industrie, mais qu’il voulait utiliser les brevets Novell pour attaquer « quelqu’un d’autre ».

Ce dernier point est purement spéculatif. Néanmoins, Google aurait pu très bien négocier avec Microsoft pour assurer un partage des licences qu’il aurait acquis, comme l’indiquent les avocats cités par le New York Times. Une des parties à l’acquisition de Novell peut partager sa licence. Le quotidien souligne qu’il y a un risque que des personnes ayant reçu une licence d’un des membres de l’acquisition se retournent contre les autres, mais c’est un cas d’école qui se résout facilement lors de la rédaction des contrats. Le fait que Google n’ait pas cherché à protéger ses partenaires tout en travaillant avec Microsoft, alors qu’il aurait pu le faire, renforce le sentiment qu’il cherchait à utiliser ces brevets comme arme de guerre pour pouvoir mieux négocier avec ses concurrents.

Selon nous, Google continue d’essayer d’attirer l’attention sur Microsoft et Apple parce qu’il espère que la mauvaise presse tournera à son avantage lors de l’enchère des brevets d’InterDigital. Il faudra attendre de voir comment cette nouvelle acquisition se déroule pour savoir si son plan fonctionne.

Néanmoins, M. Dummond a surtout réussi à faire en sorte que la presse critique unanimement la communication de Google à ce sujet. Cette affaire n’a fait aussi qu’attirer l’attention sur les pratiques commerciales de Google. L’acteur qui crie à l’abus de brevets a récemment reçu le brevet Google Doodle qui porte sur son système de rotation de logo personnalisé et qui est dans le fond hautement discutable de part la simplicité de l’idée et de la technologie brevetée. Il vient aussi d’acquérir 1 030 brevets d’IBM pour probablement augmenter ses chances de passer un accord à l’amiable avec Oracle dans l’affaire Java où il semble avéré qu’il était conscient d’utiliser des technologies propriétaires, mais s’est refusé à acheter une licence (cf. « Google doit revoir sa défense face à Oracle »).