Accueil » Dossier » Guide d’achat : quel vidéoprojecteur Home Cinéma choisir ?

Guide d’achat : quel vidéoprojecteur Home Cinéma choisir ?

1 : Quel vidéoprojecteur choisir ? 2 : Drap tendu ou écran de projection ? 4 : La qualité d'affichage 5 : Pourquoi du son dans un projecteur ? 6 : Peut-on jouer avec un vidéoprojecteur ? 7 : Quelle techno choisir ? 8 : Le point sur la 3D 9 : Connectivité : l'embarras du choix 10 : Tableau récapitutif : les autres modèles

La bonne distance pour un vidéoprojecteur

Avant d’investir dans un vidéoprojecteur, il est indispensable d’étudier la façon dont vous allez disposer l’appareil dans votre pièce afin d’obtenir la meilleure image possible. Pour une installation définitive, un support de fixation au plafond est une solution à envisager sérieusement.

Image 1 : Guide d'achat : quel vidéoprojecteur Home Cinéma choisir ?

Mais, dans ce cas, se pose alors la question du câblage de l’électricité et des sources vidéos. Pour ces dernières, une solution existe : acheter un kit optionnel de transmission sans fil. Les constructeurs Optoma et Benq proposent respectivement les kits WHD200 (209 euros environ) et WFHD (entre 300 et 350 euros), qui sont d’ailleurs en tous points identiques (à la couleur près !). Leur mode de fonctionnement est enfantin. D’un côté, on relie plusieurs sources HDMI (deux en l’occurrence pour BenQ et Optoma) à un boîtier émetteur. De l’autre, un boîtier récepteur (plus petit) est relié au projecteur en HDMI. Une sortie HDMI permet et de continuer à voir vos films ou Image 2 : Guide d'achat : quel vidéoprojecteur Home Cinéma choisir ?vos jeux sur votre télévision. La portée théorique (comme toujours) est d’une vingtaine de mètres, pour peu qu’aucune cloison ne vienne s’interposer entre les deux boîtiers. En pratique, s’il faut traverser des murs légers, il faut plutôt compter 5 mètres, comme l’ont vérifié nos confrères Les Numériques.

Les projecteurs ont des focales différentes. Cela signifie qu’en les plaçant face à un écran de projection ou à un mur, à une distance précise, vous obtiendrez des image de tailles différentes. Tous les modèles (à l’exception du BenQ GT1080) offre en plus un zoom qui permet d’agrandir la surface de projection. Pour les projecteurs à moins de 1000 euros, la puissance du zoom s’avère souvent anecdotique : x1,1 ou x1,2 (seulement 10 ou 20 % de différence entre l’image sans zoom et l’image zoomée). Le W1070+ de BenQ fait un peu mieux en la matière, avec son zoom x1,3. Il faut se tourner vers les projecteurs vendus entre 1200 et 2000 euros pour bénéficier de zooms plus puissants, de x1,5 à x2,1. Cela permet d’obtenir une image de plus grande taille avec le même recul, ou de taille identique avec un recul moindre.

Plus près de toi, mon écran

Si vous manquez de place ou que, pour des raisons pratiques, vous souhaitez placer le projecteur très près du support de projection, certains modèles sont munis d’un système optique à focale courte. Souvent, on les reconnaît par leur référence, qui se termine par les lettres ST (pour Short Throw, focale courte en anglais). Sur ce point, encore une fois, il y a focale courte et focale courte. Ainsi, les Acer H7550ST et BenQ W1080ST+ affichent une image d’environ 2,17 m de largeur (98 pouces de diagonale) avec un recul de 1,5 m.

Image 3 : Guide d'achat : quel vidéoprojecteur Home Cinéma choisir ?

Le GT1080 d’Optoma, pour sa part, avec le même recul, permet d’obtenir des images de plus de 3 m de largeur, soit 138 pouces de diagonale ! Un projecteur « classique » comme l’Epson TW5300, doit se contenter à cette distance d’une image de 55 pouces (1,22 m de largeur). Pour avoir une image de 100 ou 138 pouces, il faut l’éloigner de l’écran de projection de 2,71 ou 3,75 m… Les autres avantages des projecteurs à focale courte est qu’on minimise le risque qu’une personne passe entre le projecteur et l’écran, ce qui est toujours désagréable quand on regarde un film ou quand on joue, et qu’on s’éloigne du bruit et de la chaleur générés par l’appareil.

Enfin le constructeur Philips propose même un vidéoprojecteur DLP à focale ultra courte, le Screeneo. Ce dernier peut être placé de 10 à 44 cm du support de projection pour obtenir un affichage de 50 à 100 pouces de diagonale ! Attention à ne pas vous tromper de version, les anciens étant limités à la HD Ready, ils ne sont pas capables de diffuser une image de plus de 1280 x 800 pixels. Le dernier modèle est compatible Full HD.

Image 6 : Guide d'achat : quel vidéoprojecteur Home Cinéma choisir ?

Dans tous les cas, pour évaluer les dimensions de l’image que vous pouvez obtenir dans votre pièce, en tenant compte du recul et du zoom, mais aussi de la hauteur à laquelle vous pourrez placer le projecteur, les constructeurs ont réalisés des pages Web vous permettant d’effectuer des simulations, avec toutes leurs références :

–              Calculateur de distance Epson
–              Calculateur de distance BenQ
–              Calculateur de distance Optoma

Pour les autres marques, vous pouvez utiliser le Projection Calculator Pro du site Projector Central.

Quand l’image se plie à vos désirs

Pour faciliter encore un peu plus leur mise en œuvre, les vidéoprojecteurs peuvent intégrer un dispositif appelé « Lens shift ». En français, on appelle ça « décalage de projection » ou « déplacement de l’objectif ».
Ce système mécanique permet de déplacer l’intégralité du bloc optique verticalement ou horizontalement, afin de décaler la zone de projection sans déplacer le projecteur et – surtout – sans détériorer la qualité d’affichage des images. Selon les appareils, l’amplitude du décalage horizontalImage 7 : Guide d'achat : quel vidéoprojecteur Home Cinéma choisir ? et vertical est plus ou moins grande (voir le tableau des caractéristiques). 

On note que les modèles à moins de 1000 euros de notre sélection n’offrent pas de lens shift, à l’exception du W1070+ de BenQ. Toutefois pour ce dernier, l’implémentation du lens shift (vertical) est rudimentaire, puisqu’il faut utiliser un tournevis pour faire monter/descendre le bloc optique. En plus, ce système est aussi peu fiable. En effet, sur l’exemplaire que nous a envoyé BenQ, qui a du passer entre les mains de nombreux journalistes, la vis était inopérante. La faire tourner dans un sens ou dans l’autre n’avait pas de conséquence. Bien sur, avec un modèle neuf, ce système de lens shift va fonctionner, surtout si on ne joue plus avec après avoir trouvé l’emplacement idéal pour le projecteur.

Pour les autres modèles, vendus entre 1000 et 2000 euros, le décalage de l’affichage s’effectue manuellement en utilisant des molettes placées prêt de l’objectif. C’est par exemple le cas sur l’Epson W6600, comme le montre la photo. Sur les projecteurs plus sophistiqués (et nettement plus chers), le déplacement peut être motorisé et piloté par la télécommande.

En l’absence de lens shift, on devra parfois – en fonction de la topologie des lieux – disposer le projecteur de façon à projeter les images de biais (sur le côté ou de haut en bas). L’image sera alors déformée et n’apparaîtra plus rectangulaire, mais plutôt en forme de trapèze (avec des côtés opposés de tailles différentes). Pour retrouver une image « réglementaire », les projecteurs offrent – dans leur menu de configuration – un réglage appelé Keystone qui redresse l’image. Mais comme cette correction est numérique, elle peut engendrer une légère perte de qualité. Aussi, il est préférable de s’arranger pour ne pas l’utiliser si possible.

Image 10 : Guide d'achat : quel vidéoprojecteur Home Cinéma choisir ?


Sommaire :

  1. Quel vidéoprojecteur choisir ?
  2. Drap tendu ou écran de projection ?
  3. La bonne distance pour un vidéoprojecteur
  4. La qualité d'affichage
  5. Pourquoi du son dans un projecteur ?
  6. Peut-on jouer avec un vidéoprojecteur ?
  7. Quelle techno choisir ?
  8. Le point sur la 3D
  9. Connectivité : l'embarras du choix
  10. Tableau récapitutif : les autres modèles