Accueil » Actualité » HTC : on ne triche pas, on augmente les performances

HTC : on ne triche pas, on augmente les performances

La semaine dernière, nous parlions du dernier né de chez HTC, le HTC One (M8), et du fait que la société triche dans les tests. Nous parlions de 3D Mark, mais c’est aussi le cas dans AnTuTu, un logiciel de test très utilisé. Et la réponse de HTC devant les faits est amusante : la société explique que c’est une fonctionnalité. En effet, la triche est désactivable manuellement et, selon HTC, cette fonction est intéressante pour les utilisateurs, qui peuvent ainsi obtenir les meilleures performances.

Image 1 : HTC : on ne triche pas, on augmente les performancesHaute PerformancePassons sur le fait que cette option n’intervient a priori que dans les benchmarks dûment identifiés et intéressons-nous à cette option. Il faut se rendre dans les réglages, puis dans l’option about, ensuite aller sur software version, enfin choisir more. Une fois là-bas, il faut taper cinq fois sur le numéro de version d’Android, ce qui active les options destinées aux développeurs. Pour terminer, il faut désactiver le mode High Performance, qui n’indique par ailleurs pas explicitement qu’il cible les benchmarks. Comme on le voit, ce n’est pas réellement trivial…

Triche ou optimisation

Maintenant, ce qui fait débat, c’est la différence entre de la triche (ce qui est effectivement le cas ici) et des optimisations. Dans l’absolu, la différence n’existe pas : il s’agit dans les deux cas d’offrir des performances plus élevées. Maintenant, dans la pratique, il y a quand même quelques différences. La première, c’est que les optimisations sont généralement mises en avant : quand NVIDIA ou AMD améliorent les pilotes et augmentent les performances dans un jeu, c’est mis en avant, et les cartes de tous les constructeurs peuvent profiter des améliorations. Dans le cas qui nous intéresse, HTC n’a absolument pas mis le mode en question en avant, il est caché dans des sous-menus et rien n’indique qu’il cible les benchmarks. Une seconde différence, c’est que les optimisations offrent des performances plus élevées sans modifier le rendu. Dans certains cas, quand il y a triche, il y a modification du résultat : dans un premier sujet sur la différence entre la triche et les optimisations, un exemple précis était celui d’AnTuTu (encore), dont une partie du code n’était pas exécutée sur les plateformes Intel : on n’est plus au niveau de l’optimisation, mais bien dans le monde de la tricherie.

Ce que ça implique

Le problème de la triche, c’est qu’elle a un impact a beaucoup de niveaux. Les journalistes — comme nous — ne sont pas les seuls à utiliser des benchmarks : ils sont aussi utilisés dans l’industrie, chez les constructeurs, pour des appels d’offres, pour le choix d’une puce, etc. Le problème, et on l’a bien vu avec HTC, c’est que les constructeurs redoublent d’astuce pour tricher. Dans certains cas on le remarque — Samsung, HTC, Sony ou Intel le savent — mais rien ne dit que ce sera (ou que c’est) toujours le cas. Heureusement, la majorité des logiciels de tests sont développés par des sociétés dont c’est le gagne-pain, ce qui fait que la triche est très mal vue, étant donné que la crédibilité du logiciel est mise à mal quand elle est découverte.

Reste que des tests « pratiques » ou au moins des tests sur des versions alternatives des tests sont nécessaires, de même qu’une certaine exhaustivité dans le choix des benchmarks. Ce n’est pas toujours possible — AnTuTu a l’avantage d’être très utilisé et très rapide pour effectuer un test, par exemple —, mais nous allons évidemment essayer de vous proposer des tests qui reflètent le plus possible la réalité et évidemment dénoncer les tricheurs quand ils sont pris en flagrant délit.