Accueil » Actualité » i.MX6 : mieux que Kal-El ?

i.MX6 : mieux que Kal-El ?

Image 1 : i.MX6 : mieux que Kal-El ?

Seconde partie sur les nouveautés montrées par Freescale, un SoC ARM doté de quatre cores. Le i.MX6 est une puce comparable au Kal-El de NVIDIA : elle est dotée de quatre cores de type Cortex A9, des instructions NEON, et est gravée en 40 nm par TSMC. La fréquence obtenue par Freescale permet d’imaginer ce que NVIDIA pourra faire : la société américaine atteint 1,2 GHz avec l’exemplaire que nous avons vu fonctionner.

La puce est dédiée à la base au monde de l’automobile, où Freescale est très impliqué, mais elle vise aussi les tablettes. La partie graphique est assez intéressante : c’est un GC2000 de chez Vivante, une société qui équipe notamment les SoC de Marvell. Nous avons contacté la société pour les caractéristiques exactes de la puce, qui ne sont pas (encore) publiques. La puce prend en charge OpenGL ES 2.0 et elle est aussi capable de gérer quatre écrans. Nous avons vu une démonstration qui utilisait quatre écrans en même temps : deux en 1080p avec des vidéos en H.264 qui tournaient en boucle et deux en XGA avec des applications 3D.

Question vidéo, la puce prend en charge le décodage et l’encodage en H.264 et un moteur 2D est capable de faire de la composition sur les vidéos : intégrer des sous-titres ou des effets (logos, etc.) sur une vidéo permet donc de garder l’accélération active, ce qui n’est pas toujours le cas.

Nous avons aussi eu l’occasion de voir un portage (en bêta) d’Android Honeycomb sur la puce, qui était relativement fluide, et nous avons pu lancer le test « Nenamark 2 » sur le SoC. Avec 37,4 fps en 1 024 x 768, il se place au niveau d’un PowerVR SGX540 ou d’un Adreno 220 alors que les pilotes ne sont pas finalisés. Il était aussi possible de voir Quake 3, le jeu mythique, fonctionner. En 1 024 x 768, le framerate était assez bas (entre 20 et 25 fps) mais le jeu restait fluide.

Quake 3 sur i.MX6

QUatre écrans sur une puce ARM

La puce devrait être déclinée en plusieurs versions, avec une version à quatre cores, mais aussi une version Duo équipée de deux cores et une version Solo avec un seul core. De plus, un i.MX6 destiné aux liseuses devrait aussi apparaître dans le futur.

Au final, le i.MX6 est assez impressionnant et c’était le premier quad core que nous voyions fonctionner, en attenant Tegra 3/Kal-El. Reste à vérifier ce que Freescale en ferra : la société ne vise pas le marché des smartphones et NVIDIA est pour le moment le partenaire de choix des fabricants de tablettes. De plus, Android Honeycomb n’a été validé par Google que pour deux puces actuellement : Tegra 2 et l’OMAP4 de Texas Instrument. Mais le i.MX6 est prometteur et montre que la concurrence existe.