Accueil » Actualité » iFixit démonte le Mac Pro

iFixit démonte le Mac Pro

iFixit a démonté le Mac Pro, le dernier ordinateur d’Apple. Et ce démontage nous apprend certaines choses intéressantes. Si la conception elle-même est sans failles et que la machine s’ouvre très facilement — iFixit donne d’ailleurs un 8/10 à la machine, ce qui est rare chez Apple —, Apple a du prendre en compte certaines limites de l’architecture Intel, notamment sur la prise en charge de l’USB 3.0.

Image 1 : iFixit démonte le Mac Pro

Dans les points importants, notons que les deux cartes graphiques, en plus d’utiliser un connecteur propriétaire, ne sont pas identiques. En effet, une des deux cartes accueille le connecteur pour le SSD PCI-Express de la machine, qui — s’il utilise le même connecteur que les autres appareils Apple — est toujours dans un format propriétaire. Il est donc impossible de changer le SSD par un modèle M.2, par exemple.

USB 3.0, chipset, etc.

La machine est basée sur une plateforme LGA2011, avec des Xeon en architecture Ivy Bridge. C’est important : les plateformes LGA2011 utilisent des chipsets de type Patsburg, sortis en 2011. Le plus connu dans le monde grand public est le X79, la machine d’Apple utilise sa variante professionnelle, le C602.C’est un souci : le X79 et le C602 ne supportent en effet que deux ports SATA 6 gigabits/s (Apple ne propose même pas de SATA dans sa machine) et — surtout — ne prennent pas en charge l’USB 3.0. Apple, pour proposer des connecteurs à cette norme, a donc dû intégrer un FL1100 de chez Fresco Logic. Ce contrôleur USB 3.0 PCI-Express est bien pris en charge par Mac OS X, mais il a un défaut : ses performances. Alors qu’un contrôleur Intel intégré dans un chipset (Lynx Point par exemple) peut atteindre environ 440 Mo/s avec un SSD et un boîtier USB 3.0 rapide, le FL1100 ne dépasse pas 350 Mo/s dans les mêmes conditions.

Image 2 : iFixit démonte le Mac Pro

Notons aussi la débauche de puces pour prendre en charge les six connecteurs Thunderbolt 2 : on trouve trois contrôleurs Intel DSL5520 (chaque contrôleur prend en charge deux connecteurs), un switch PCI-Express de chez PLX pour distribuer les lignes PCI-Express entre les différents composants et une puce pour gérer la sortie HDMI. L’architecture de la machine a aussi obligé Apple a intégrer deux contrôleurs Ethernet (Broadcom) et différents composants pour la gestion de la machine. iFixit n’indique pas les contrôleurs utilisés pour le Wi-Fi (11ac) et le Bluetooth 4.0, mais on peut supposer que Broadcom est le fournisseur, comme pour le reste de la gamme.

Au final, la machine se démonte facilement et certains composants sont standards (le processeur, sur socket, et la RAM) alors que d’autres, même s’ils sont amovibles, utilisent des connecteurs propriétaires, ce qui rend le changement actuellement impossible.