Accueil » Actualité » Intel attaque GlobalFoundries. AMD s’en réjouit.

Intel attaque GlobalFoundries. AMD s’en réjouit.

Image 1 : Intel attaque GlobalFoundries. AMD s'en réjouit.

Intel avait fait plané la menace dès l’annonce de la création de GlobalFoundries. Intel a mis sa menace à exécution : le fondeur a fait part à AMD de son intention de mettre fin à l’accord de licence datant de 2001 qui permettait aux deux concurrents de partager des brevets protégeant certaines de leurs technologies. Selon Intel, la création par AMD de la coentreprise GlobalFoundries, viole cet accord.

Mais bien sûr, AMD ne l’entend pas de cette oreille. La société conteste le fait que la création de GlobalFoundries constitue une violation de l’accord de licence. Et loin de paraître inquiète, elle se réjouit presque de l’attaque d’Intel. La loi américaine est en effet très bien faite :

« La tentative d’Intel de mettre fin aux droits et licences [d’AMD] définis par l’accord de partage, consititue en elle-même une violation de l’accord par Intel, ce qui donne à [AMD] le droit de mettre fin aux droits d’Intel définis dans l’accord, tout en conservant ses propres droits. » assure AMD.

Autrement dit, si jamais la justice considère que l’action d’Intel est infondée, c’est Intel qui se retrouverait privé du droit d’utiliser les technologies couvertes par l’accord actuel. AMD pourrait au contraire continuer de les utiliser sans réserve. L’arroseur arrosé en quelque sorte. Intel aurait pour l’instant donné à AMD un délai de 60 jours. Attendons la suite.

MAJ : Intel a précisé la motivation de son action. Selon le fondeur, Global Foundries n’est pas une filiale d’AMD au sens défini par l’accord de 2001, et ne peut donc bénéficier des dispositions prévues par l’accord pour les filiales. La scission violerait également une autre partie de l’accord, partie encore maintenue confidentielle par AMD malgré les demandes d’Intel de la rendre publique. Intel a par ailleurs commenté la réaction d’AMD : elle ne serait « pas cohérente avec les dispositions de résolution des litiges prévues par l’accord originel ». Enfin, Intel précise vouloir tenter de résoudre le litige à l’amiable.