Accueil » Dossier » Intel Core i7 990X : que vaut le processeur le plus puissant ?

Intel Core i7 990X : que vaut le processeur le plus puissant ?

1 : Introduction 2 : Gulftown 1.1 3 : Configuration du test 4 : PCMark Vantage 5 : 3DMark11 6 : SiSoftware Sandra 2011 7 : Création de contenus 9 : Encodage audio/vidéo 10 : Metro 2033 11 : F1 2010 12 : Aliens Vs. Predator 13 : Overclocking 14 : Conclusion

Productivité

Image 1 : Intel Core i7 990X : que vaut le processeur le plus puissant ?

ABBYY FineReader 10 est la preuve qu’un logiciel de reconnaissance de caractères peut être suffisamment bien optimisé multithread pour que les Gulftown dominent.

Image 2 : Intel Core i7 990X : que vaut le processeur le plus puissant ?

En revanche, Lame demeure monothread, ce qui donne l’occasion à l’i7-2600K de montrer toute l’efficacité de son Turbo Mode (3,8 GHz maximum), contre 3,73 GHz pour le Core i7-990X). Il faut ajouter à cela la supériorité architecturale de Sandy Bridge par rapport à Nehalem, ce qui explique la domination du 2600K ici comme sous WinZip.

Image 3 : Intel Core i7 990X : que vaut le processeur le plus puissant ?

Image 4 : Intel Core i7 990X : que vaut le processeur le plus puissant ?

Contrairement à WinZip, WinRAR 4.0 est optimisé multithread. Non seulement les Gulftown font parler leur potentiel, mais en plus on voit que la compression est globalement trois fois plus rapide sur tous les processeurs. Plus étonnant, le 2600K se retrouve derrière l’i7-960 en dépit de ses avantages architecturaux et d’une fréquence plus élevée, signe qu’il y a un goulet d’étranglement ailleurs.

Image 5 : Intel Core i7 990X : que vaut le processeur le plus puissant ?

C’est finalement 7-Zip qui nous donne des résultats aussi logiques que prévisibles.

Sommaire :

  1. Introduction
  2. Gulftown 1.1
  3. Configuration du test
  4. PCMark Vantage
  5. 3DMark11
  6. SiSoftware Sandra 2011
  7. Création de contenus
  8. Productivité
  9. Encodage audio/vidéo
  10. Metro 2033
  11. F1 2010
  12. Aliens Vs. Predator
  13. Overclocking
  14. Conclusion