Accueil » Actualité » Intel second sur les tablettes derrière Apple

Intel second sur les tablettes derrière Apple

Image 1 : Intel second sur les tablettes derrière AppleL’iPad règne sur un royaume menacé.

L’arrivée de l’iPad a eu l’effet d’une bombe sur les ventes mondiales de PC : déjà fragilisées par la crise économique, elles ont été précipitées par la concurrence féroce des tablettes, nouvelle race de machines beaucoup plus séduisantes que les vilains netbook. Cependant, après 4 ans, les tablettes faiblissent : même le roi iPad souffre et a vu ses ventes reculer pendant deux trimestres consécutifs. Les tablettes seront-elles un feu de paille ?

Difficile de croire que la catégorie disparaisse totalement, mais les signes actuels ne sont pas positifs. Selon DisplaySearch, la croissance mondiale des ventes de tablettes ne sera plus que de 2 % en 2014 ; les analystes avaient prévu 14 %. IDC est un peu plus optimiste et prévoit une croissance de 6,5 % cette année et de 6,8 % par an jusqu’en 2018.

Les tablettes de 7 ou 8 pouces qui comptent pour 55% des ventes cette année se verraient en partie remplacées par des phablettes de 5,5 pouces et plus jusqu’à ne plus représenter que 35 % des ventes en 2018. De même la vague de PC à 200 ou 250 $ tels que le HP Stream 11 pourrait durement toucher les tablettes d’entrée de gamme.  Au contraire, les grandes tablettes de 11 pouces et plus grimperont de 2 % à 14 %. 

Ce grand chambardement pourrait profiter à l’outsider Intel, qui essaye depuis de longues années de croquer une part de ce gâteau sans réel succès. Mais les efforts continus du géant bleu et ses sacrifices sur les prix finiraient par payer. Selon Strategy Analytics, Intel serait aujourd’hui le second vendeur de processeurs pour tablettes, derrière Apple et juste devant Qualcomm. On peut même aller jusqu’à dire qu’Intel est le premier fournisseur de puces pour tablettes puisque Apple utilise ses propres SoC et ne le vend à aucun concurrent.

Image 2 : Intel second sur les tablettes derrière AppleLa roadmap d’Intel pour les Atom.

Toutefois, cette place a coûté cher à Intel qui ne réalise pas du tout les mêmes bénéfices sur ses Atom que Qualcomm sur ses Snapdragon. Sur 2012, la branche responsable des puces pour smartphones et tablettes a englouti 1,377 milliard de dollars. En 2013, 3,148 milliards. Et sur les 6 premiers mois de 2014, les pertes se montent à 2,053 milliards de dollars. Cette hémorragie de billets verts est pour le moment largement compensée par les bénéfices réalisés dans les autres domaines d’activité d’Intel, mais elle ne pourra pas continuer éternellement. La question est donc de savoir si Intel parviendra à maintenir son leadership sans vendre ses Atom à perte.