Accueil » Actualité » Internet des Objets : le futur pour Texas Instruments

Internet des Objets : le futur pour Texas Instruments

La semaine dernière , Texas Instruments nous invitait à Munich pour parler d’un sujet qui va prendre énormément d’importance dans le temps selon la société : L’Internet des Objets (IoT, Internet of Things en anglais). 

Internet des objets ?

Sous cette formule un peu bizarre se cache un énorme marché : celui des objets connectés à Internet. Si la connexion à Internet a longtemps été réservée au PC, la tendance montre très bien que tous les appareils électroniques de la maison seront un jour connecté à Internet, et Texas Instruments compte bien récupérer une partie de ce marché.

Pourquoi connecter un objet à Internet ? Pour trois raisons principales. La première, c’est de mettre à jour le logiciel, ce qui important dans certains cas. On peut ainsi améliorer la compatibilité — par exemple dans le cas des Blu-ray — affiner les algorithmes qui régissent le fonctionnement d’un appareil, etc. La seconde, c’est suivre le fonctionnement d’un appareil, que ce soit un capteur (température, consommation, etc.). La dernière, c’est de commander un appareil, comme un périphérique domotique, une caméra de surveillance, etc.

Ce qui est intéressant avec ce marché, c’est que les besoins ne sont pas les mêmes, et — pour Texas Instruments — c’est un point important : la société américaine propose diverses technologies pour connecter un appareil à Internet, en fonction des contraintes.

La majorité du marché se tourne évidemment vers les solutions sans fil, plus simples à intégrer. On remarquer plusieurs catégories d’appareils. La première intègre les appareils qui ont besoin d’une connexion directe à Internet ainsi que de gros besoins en bande passante : le Wi-Fi est généralement la solution la plus adaptée. La seconde est constituée des appareils qui ont très peu de besoins en terme de performances, mais qui ont une contrainte de consommation : le ZigBee (une solution basse consommation dans la bande des 2,4 GHz) ou le Bluetooth LE sont plus adaptés. Dans les solutions industrielles, le passage à une technologie de type « Sub 1 GHz » est aussi intéressant : les technologies (propriétaires) consomment peu et ont une portée élevée. Enfin, la solution classique à base de câble Ethernet est aussi parfaitement utilisable.

Ce qui est intéressant, c’est que le marché des objets connectés est actuellement finalement assez petit, mais les analystes s’attendent à un marché de 20 milliards d’objets connectés en 2020.

Quelques usages

Nous avons pu voir quelques appareils connectés, avec des usages insolites, comme un ballon de basket-ball Bluetooth capable de compter les rebonds, mais aussi des usages plus pratiques avec un système capable de mettre à jour toutes les étiquettes électroniques d’un magasin en quelques secondes, ce qui permet — par exemple — d’indiquer une promotion sur un produit sans envoyer un employé modifier quelques dizaines d’étiquettes.

Image 1 : Internet des Objets : le futur pour Texas Instruments

Enfin, Texas Instruments a aussi officialisé un kit de développement pour les amateurs de lampes connectées : il se compose de trois bases pour des ampoules à LED connectées en ZigBee et livrée avec une télécommande. Le tout est programmable depuis une base qui se connecte au réseau — à la manière des lampes Hue de Phillips — ou depuis un appareil équipé d’un contrôleur ZigBee.

Image 2 : Internet des Objets : le futur pour Texas InstrumentsLes lampes ZigBee