Accueil » Actualité » iTunes : la fin des musiques à 0,99 $ ?

iTunes : la fin des musiques à 0,99 $ ?

Nous vous l’annoncions récemment dans notre actualité intitulée Musique en ligne : les ventes explosent, les ventes de musiques ne cessent d’augmenter (le chiffre d'affaires de la musique numérique a tout simplement triplé au premier semestre 2005) et les majors aimeraient bien faire monter la note. Pour ce faire, les majors mettent la pression sur le numéro un de la vente de musique en ligne : iTunes. Steve Jobs se battait récemment pour maintenir sa politique de musique à 0,99$ par morceaux (voir notre actualité intitulée Steve Jobs se bat contre les majors).

EMI déclare que la musique à 0,99$ a vécu

Et pourtant, malgré la bonne volonté évidente de Jobs à garder ses clients grâce à des prix bas, on apprend que d’après Alain Levy, PDG d’EMI, la politique de tarif unique à 0,99$ ne peut plus tenir. En effet, le groupe de pression constitué des EMI, Sony-BMG (qui colle des spywares sur ses CD audio), Warner Music Group et Bertelsmann affirme que les prix des auteurs en vogue ne resterons pas à ce prix et pourront dépasser le dollar. Cette guerre des prix a d’ailleurs coûté à l’iTunes Music Store de ne pas diffuser les titres de BMG au japon et en Australie.

Les majors exposent leurs arguments

Les dirigeants des majors exposent différents arguments en faveur d’une flexibilité des prix. Elles souhaitent tout d'abord rendre le prix des productions variables, proportionnellement à leur succès commercial, afin de réaliser plus de bénéfices sur les titres les plus en vogue. Mais elles pronent également le fait que les CD du commerce sont vendus à des prix différents. Soyons ironique, la variation est peut-être fonction du degré de complexité du spyware installé sur le disque ? Mais en étant plus réaliste, si les majors veulent une augmentation des prix c’est, comme le disait Steve Jobs, qu’ils sont devenus gourmands. Enfin, et pour parachever le tout, les majors sont bien évidemment mécontentes de ne pas toucher de redevance sur les ventes d'iPod, à qui leur musique fait le plus grand bien en terme de vente. Bref, on parle ici de gros sous et le consommateur n'a qu'à bien se tenir et à payer. Après tout, c'est la loi de l'offre et de la demande, non ?

Certains titres en hausse… et les baisses ?

Dans l’histoire, il y a fort à parier que si Apple lâche le morceau, l'ensemble des sites de vente de musique en ligne verra ses tarifs augmenter… Cependant, si les majors veulent appliquer des tarifs variables, on remarque qu'elles n'ont jamais parlé de morceaux à moins de 0,99€, il s'agit toujours d'augmenter ceux qui fonctionnent bien et non de diminuer les moins vendus… Fans du top 50, attendez-vous donc à voir votre facture de musique monter, il semble que notre bon vieux Steve ne réussisse pas à supporter la pression des majors.