Accueil » Actualité » « Jusqu’à 20 méga », les clients n’aiment pas

« Jusqu’à 20 méga », les clients n’aiment pas

Image 1 : « Jusqu'à 20 méga », les clients n'aiment pasLes publicités des FAI vantent toutes le classique « jusqu’à 20 méga » (parfois plus, parfois moins) mais il semble que les consommateurs apprécient de moins en moins cette pratique des fournisseurs d’accès d’annoncer la vitesse maximale, sans indiquer (ou en très petit) qu’elle est rarement atteinte. En Angleterre, ou la majorité des lignes ne peuvent pas dépasser 8 mégabits/s (en ADSL classique), une étude montre que le nombre d’abonnés dépassant les 6 mégabits/s est très faible (moins de 9 % des abonnés) et que 19 % des gens n’atteignent même pas 2 mégabits/s. Et selon plusieurs sources, énormément de clients se plaignent de la vitesse obtenue, généralement bien plus faible que celle annoncée.

L’explication, les raisons

Rappelons tout de même d’où vient le problème : une ligne ADSL n’est capable de fonctionner à pleine vitesse que si le signal est assez fort, et plus la longueur de ligne entre l’abonnée et le central est élevée, plus le signal perd en puissance. Dans la pratique, peu d’utilisateurs sont assez proches d’un central pour disposer de la bande passante théorique maximale. L’autre point qui pose souvent problème, c’est la façon de communiquer : les FAI français parlent de « 20 méga », sans indiquer de façon explicite à quoi cette valeur correspond. Dans les faits, il s’agit de mégabits/s et pas de mégaoctets/s (on peut donc diviser la valeur par 8) et les FAI communiquent sur les débits ATM (qui est la façon de transporter les données) et pas sur le débit IP (qui est la bande passante réelle). Le problème, c’est qu’en ATM, 20 % des données sont utilisées pour la signalisation. Et donc une ligne « 20 méga » offre donc un débit IP de 16 mégabits/s, soit au maximum 2 Mo/s… On est donc bien loin des « 20 méga » annoncés…

Notons que certains FAI (dont les Belges) évitent le problème en limitant artificiellement la vitesse : les lignes sont annoncées à 4,6 mégabits/s (ce qu’une bonne partie de la population peut recevoir) et les abonnés capables de synchroniser plus rapidement restent limités à 4,6 mégabits/s.