Accueil » Actualité » Kickstarter met fin au projet à succès Anonabox

Kickstarter met fin au projet à succès Anonabox

Image 1 : Kickstarter met fin au projet à succès Anonabox

Derrière l’engouement qu’a connu le modèle du financement participatif ces dernières années, il n’est plus rare aujourd’hui de voir surgir un projet, dont les promesses de financement s’envolent littéralement. En revanche, il est beaucoup plus exceptionnel de tomber sur une campagne dont la fulgurance du démarrage n’aura eu d’égal que sa chute retentissante quelques jours plus tard. C’est pourtant ce qui est arrivé au projet Anonabox, qui est né sur Kickstarter en fin de semaine dernière, avec un concept de base qui ne manquait pas d’audace : son auteur, August Germar, proposait ainsi de commercialiser un routeur qui donnerait à tout utilisateur un accès simple et efficace à une connexion internet sécurisée, via le service décentralisé Tor.

Contre toute attente, ce qui semblait être un modeste projet s’est transformé en un succès impressionnant, les dons s’élevant très rapidement à plus de 550 000 dollars, alors que l’objectif initial était fixé à 7500 dollars. Oui, sauf que voilà… Sans doute poussés par ces montants hors normes, autant que par le parfum sulfureux du fameux réseau furtif, de nombreux spécialistes ont commencé à pointer du doigt la viabilité et la légitimité des intentions d’August. En autres critiques, le niveau de sécurité du routeur aurait été qualifié de très faible de même que des soupçons de copie se sont faits jour, un modèle chinois quasi identique à l’Anonabox ayant été découvert sur le site de e-commerce Alibaba. Résultats : conformément aux conditions générales de leur plateforme et devant la grogne grandissante des commentateurs, les responsables de Kickstarter ont annulé le projet, et ont annoncé que les backers qui l’avaient soutenu ne seraient pas débités des montants prévus.

Image 2 : Kickstarter met fin au projet à succès Anonabox

De son côté, August Germar a expliqué à nos confrères des sites Ars Technica et Wired, qu’il avait été complétement dépassé par l’ampleur de la campagne, et qu’il ne prévoyait à la base qu’une commercialisation restreinte à une centaine d’exemplaires. Un manque de préparation et de clarté qui lui aura couté cher, en théorie… Quoi qu’il en soit, au vu du succès du concept, il serait étonnant de ne pas le voir ressurgir sous une forme ou une autre, des supporters n’hésitant pas à déclarer qu’ils réinvestiraient dans un tel projet, si l’occasion leur était donnée.